C’est à quelle heure la révolution ?

L'art et la culture, d'une part, n'ont pas grand-chose à foutre l'un avec l'autre. si tu lisais autre chose que Telerama tu saurais. Si tu lis pas Telerama, t'as même pas d'alibi.

Ce dont crèvent les artistes (et pas l'art; que l'art meure, voilà encore de la formule pas chère impossible à étayer autrement que par des boutiquiers sociologisants) c'est de la bonne conscience pur sucre des milliers d'incompétents qui prétendent avoir un mot à dire sur leur pratique. Est-ce qu'on va faire chier les chimistes pour leur dire ce que c'est que la chimie? Est-ce qu'on emmerde un chimiste avec les mélanges de matières de mon neveu qui fait de la chimie amusante dans son slip? Non. On lui fout la paix au chimiste, et les chimistes du dimanche n'existent pas. Je me fous du bal musette tant que les accordéonistes ne se prennent pas pour Varese. T'aime pas ça, hein, les hiérarchies? Tu trouves ça pas juste parce qu'il est gentil le clown, pourquoi qu'on dirait pas que c'est un artiste aussi le clown, hein? Et pis un bon moment passé avec Mimile à danser, c'est quand même pas rien, ça, hein, le bonheur du tchiquipoum tapoum?

Va chier. La pratique de l'art ça se paye en solitude et en incompréhension permanente, et l'incompréhension c'est autre chose qu'une petit problème de synchro avec les producteurs. J'en ai plus qu'horreur des rigolos qui aimeraient tant qu'on les prennent pour des inventeurs et qui refusent de payer le prix que ça coûte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *