LETTRE A MOI-MEME

Mais pourquoi, putain POURQUOI n’en finis-tu pas tout de suite, alors que tu sais pertinemment que c’est le seul moyen de t’en tirer tant soit peu honorablement ? Tu as beau combler le vide que représente ta vie avec divers artifices, avec des espoirs que tu sais vains, je sais que tu sais, toi aussi, à quel point tout cela est inutile. Je sais que tu sais que tu as atteint des sommets de nullité, et que depuis que tu en as pris conscience, seul l’oubli de ce constat te permet de souhaiter prolonger ton existence. Réfléchis un peu, que diable ! Es-tu donc si satisfait de cette vie passée à fuir l’évidence ? Tes petites distractions sont-elles à ce point gratifiantes pour que tu continues de te vautrer dans cette médiocrité ? Tu me diras peut-être que ce sont tes amis, tes relations sociales, réelles ou virtuelles, qui te permettent de tenir le coup. Et bien évidemment, tu occultes leur insignifiance tout autant que la tienne : tes potes sont des nullards, des loosers, osons le dire, des MERDES tout autant que toi, mais ça non plus, tu refuses de le voir. Comme vous avez tous la même stratégie d’évitement, vous vous rassurez les uns les autres, « mais non, c’est trop bien ce que tu fais », « ah lui putain il assure grave j’aime trop ce qu’il écrit », et ça s’entre-congratule et ça se lèche le fion. Mais il suffirait d’une ridicule minute d’introspection, d’analyse, pour réaliser que ce que vous faites, tes potes et toi, n’a strictement aucune valeur. A croire que c’est l’instinct de conservation de l’espèce qui vous pousse à vous encourager les uns les autres à continuer le gâchis que représente vos vies. Tu sais que tu produis de la daube innommable, et lorsqu’une personne te félicite, tu ne peux t’empêcher de fulminer intérieurement, en constatant que pour apprécier une telle merde, tes soi-disant amis manquent cruellement de profondeur et d’esprit critique. Ou, plus simplement, étant donné leur nullité, ils pensent réellement avoir affaire à un chef d’œuvre alors qu’ils sont face à une bouse exemplaire. Et ça ne te vexe pas ? Te faire apprécier par une armée de trous du cul incultes t’apporte-t-il tant de réconfort ? « Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois ». Mon Dieu, quelle gloire, quel panache, quel prestige ! Tu dois être vraiment fier de toi, le matin, en te regardant dans le miroir…

Il t’en faut encore ? Pas de problème, je continuerai jusqu’à ce que tu t’avoues, à toi-même et non à moi, que tu n’es rien d’autre qu’un pitoyable raté. Jusqu’à ce que ce fait soit omniprésent dans tes pensées, jusqu’à ce que ce constat récurrent te soit si insupportable que tu en viennes à souhaiter crever, ce que tu mérites plus que n’importe quel autre être humain sur cette planète. Pourquoi est-ce que je souhaite tant ton suicide ? Disons que c’est une forme d’humanisme. Quand tous les nullards de cette planète se seront flingués, alors l’humanité pourra évoluer vers quelque chose d’infiniment plus satisfaisant. Mais tant que les parasites comme toi s’accrocheront à leur existence de merde pour de risibles prétextes, tout ne pourra aller que de mal en pis. Alors il faut agir, il faut que quelqu’un montre l’exemple. Pourquoi toi ? Et pourquoi pas ?

Pour cela, il faut que tu te réveilles, que tu sortes de ton rêve à la con. Si jusqu’à présent tu es resté parmi les vivants, c’est uniquement parce que tu as réussi à occulter ta médiocrité, à mettre de coté ta nullité et ton inutilité. Toutefois, j’aimerais attirer ton attention sur le coté vain de cette démarche. Tu uses d’artifices afin de ne pas souffrir de ce que tu es, mais dans quel but ? Pourquoi désires-tu continuer sur cette voie qui ne pourra t’apporter que des joies illusoires et des victoires factices ? Ne me fais pas croire, par pitié, que tu es réellement heureux de cet état de fait, tu ne peux nier le fait que ton existence même est dédiée à la fuite, fuite de toi-même, fuite de ta connerie. Fuite du vide qui te caractérise dans les sensations fortes (drogues, films d’angoisse, musique violente), fuite dans les activités décérébrantes grâce auxquelles tu t’empêches de penser (travail à outrance, émissions de télévision stupides ou humoristiques, certaines autres drogues ou médicaments anxiolytiques). Tout est mis en œuvre pour ne jamais se retrouver face à soi-même, et dans cette optique chaque journée ressemble aux autres étant donné que le but réel de ton existence est de se prolonger sans raison valable.

J’ai bien dit « sans raison valable ». Parce que celles que tu invoques ne sont que des excuses bancales, qui masquent avant tout ta peur de crever. En règle générale, tout se base sur l’illusion, notamment celle d’être utile : à ton travail, ta famille, tes amis.

LA BLOGOSPHERE SOUFFRE

Depuis la création du Journal du Blog, nous avons rédigé plusieurs articles/débats qui révèlent une blogosphère souffrante. Qui plus est, notre veille quotidienne nous à permis de prendre suffisamment de recul pour constater que de nombreuses limites ont été franchies.

De ce constat nous avons jugé utile de proposer la création du charte de déontologie du blogueur. Certes il existe de nombreuses chartes, aucune d’entre elles n’est hélas suffisamment exhaustive pour être pertinente.

Cette charte reprendra point par point tous les aspects susceptibles de dégénérer. Ce projet n’a pas pour but de dire ce qu’il faut faire et ne pas faire. Il n’y aura pas de police des blogs, le terme déontologie (comme pour les médecins par exemple) nous semble très clair pour définir les objectifs de cette charte. La charte se découpera en plusieurs thèmes comme : les aspects juridiques (le droit d’auteur et le respect de la vie privée), la monétisation (obligations fiscales), les relations blogueurs/agences etc.

Pour que cette charte soit valable, il faut qu’elle soit réalisée et surtout validée par toutes les personnes concernées : les blogueurs mais aussi les acteurs du web (agences etc.)

Nous en sommes pour l’instant qu’au stade du débat, c’est la raison pour laquelle nous avons lancé un forum qui permettra de centraliser les différents avis (plus pratique que les commentaires). C’est à nous de définir cette charte tous ensemble !

Un matin, ma grand-mère était morte

Devant la télé. Je l’ai trouvée au matin, une semaine avant les vacances de la Toussaint. J’ai éteint le poste et j’ai savouré le silence pendant un petit moment. A en juger par son visage inexpressif, elle n’avait pas du souffrir. Un peu de sang avait coulé de son œil gauche et formé une traînée le long de sa joue et son dentier avait glissé hors de sa bouche. Elle était assise sur le canapé, un châle posé sur ses genoux, Téléstar ouvert à côté d’elle à la dernière page qu’elle avait lu. Sur le châle et sur la page gauche du magazine, il y avait quelques gouttelettes de sang. Je l’ai imaginée en train de tousser et mourir.
J’ai récupéré son dentier et je l’ai posé sur le téléviseur. Ensuite, j’ai déplié ma grand-mère, puis allongé sur le canapé. J’ai du forcer pour passer outre le début de rigidité cadavérique. Une fois couchée, j’ai ôté les vêtements que j’ai pu, et découpé le reste. J’ai regardé son corps nu. Sa chatte était parsemée de poils gris et court, légèrement bouclés. Je l’ai rasée. J’ai passé un long moment à observer sa vulve, à la sentir, à la goûter. J’y ai introduit un doigt mouillé de salive. C’était doux à l’intérieur, beaucoup plus doux que je ne le pensais. J’imaginais sa chatte rêche. Je l’ai godée avec une courgette trouvée au réfrigérateur. Ca m’a fait bander. Je me suis enduit la bite de beurre, et je l’ai baisée. J’ai joui en elle. Je me sentais mieux, après. Ca faisait longtemps que je n’avais pas baisé. Je l’ai ensuite pénétrée par le cul (je me suis retrouvé avec la bite pleine de merde, à cause du relâchement post-mortem des sphincters), et puis par la bouche, sans me nettoyer. Sa bouche dépourvue de dents était douce comme une chatte. J’ai laissé des traces de merde sur ses lèvres et sur ses gencives. J’avais joui trois fois en quinze minutes.

JE SUIS TROP CON

j'ai 23 ans et je suis une grosse merde je vous explique: j'ai pas d'amis pas de copine je passe mon temps a me masturber, je travaille c'est la seule chose que j'ai de bien sinon c'est le grand vide dans ma vie j'arrive pas a m'en sortir de ce cercle infernale et je sais plus quoi faire a si: me suicider j'ai pensée au metro je suis au bout du roulot et je suis meme pas capable d'aborder une fille pourtant je suis assez grand comme mec 1m82 mais malgré sa je serre a rien je suis le roi des cons merci j'attend vos conseils

Je suis la spécialiste du "je suis trop conne" ! Moi aussi c'est ça, ma vie est vide, je suis seule (et vieille) et moche et conne. Je n'ai jamais été autre chose.
Mais j'ai été aidé par un généraliste et un psy et des médocs et j'ai reussi à passer 3 années merveilleuses.

gay chinois en algerie

Avant mon arrivée, mes collègues m'ont dit que l'Algérie est très différent, que c'est un pays moins développé que la Chine, et les travailleurs chinois ont beaucoup de mal à s'adapter à leur nourriture et la monde de vie, ainsi que la culture.

Humm.... Ils ne savaient pas à qui ils adressaient ces mot, hé hé !!! Au contraire, en tant qu'un gay qui a toujours un faible pour les hommes virils et barbus, je suis amplement excité de venir, malgré l'avertissement de mon ami français: C'est un pays musulman, c-à-d, le sexe prémariage est interdit, ainsi les hommes ne prennent des homos que pour les putes, Attention!

En tout cas... Salut, l'Algérie, je suis arrivé!!

Le gay Chinois est arrivé finalement à Alger !!

SOULSEEK

PREMIERE PARTIE
du temps passe
je vais au lycée
je lis stephen king
je m’occupe de mon petit frère des fois
ma mère se saoule la gueule
de temps en temps je fais du baby-sitting et j’ai des pensées bizarres qui me
traversent
et tout ça en boucle en boucle en boucle
en boucle jusqu’à la fin
jusqu’à la fin en boucle
avec simplement des variations subtiles dans la teneur des événements
et sous l’effet de la fatigue ou d’un autre artifice
quelques altérations dans la chronologie ou dans l’ordre apparent des choses
j’ai lu quelque part que quand on rêvait on rêvait en désordre
et ce n’est que dans les quelques secondes qui suivent le réveil
qu’on reconstitue une narration à peu près cohérente et compréhensible
c’est comme le téléchargement sur emule
quand tu veux un film il y a des tas de minuscules morceaux de ce film qui arrivent
en vrac
ça s’appelle des paquets
et ton ordinateur reconstitue un tout cohérent
que toi tu appelles un film
j’ai une théorie
on est tous morts
on a vécu nos vies
dans un désordre total parce que le temps n’existe pas
et dans l’instant de notre mort
on fait la synthèse de tous les paquets pour en faire notre existence
notre existence
c’est-à-dire tout ce que tu crois vivre

et moi aussi d’ailleurs
et n’importe quel connard qui t’entoure et qui m’entoure
ce n’est pas la vie
3
c’est juste la transformation en film d’une succession de paquets déjà périmés
je vais au lycée
je lis stephen king
je m’occupe de mon petit frère des fois
ma mère sa saoule la gueule
de temps en temps je fais du baby-sitting et j’ai des pensées bizarres qui me
traversent
en boucle
et en boucle
et en boucle
avec juste assez de variations pour que ça semble intéressant
avec juste assez d’aspérités pour que ça paraisse réel
lundi
je suis réveillé par un bruit en bas
ma mère parle toute seule
ou alors elle parle à l’urne qui contient mon père
elle parle juste assez fort pour me réveiller
et juste assez bas pour que je ne comprenne pas ce qu’elle raconte
je regarde l’heure sur mon radio-réveil
il est deux heures seize
le réveil sonnera dans un peu plus de quatre heures
il sonne à six heures quarante-cinq
ça veut dire
dans quatre heures
et
euh
trente
trente
trente et une
non
vingt-neuf minutes
non
vingt-huit maintenant que j’ai fini de compter comme un con
je ferme les yeux

AA SUIVRE

JAI PEUR

 


salut.

 

je
me fais ignorer par grossechienne


salut.

 

je
me fais ignorer par chattemouillée

 


salut.


salut.

 

c’est
salope_en_string qui me répond moi je sors ma queue qui commence à durcir entre
mes doigts sans que je fasse aucun mouvement

 


tu veux un scénar hot ?


ouais.


scénar inceste ?


ouais.


ok. alors je suis ton frère, on est partis en vacances avec les parents et on
dort tous les deux dans le même lit pour économiser du fric.


ok. t’as quel âge dans le scénar ?


19, et toi ?


17.

 

c’est
l’âge qui s’affiche quand je passe la souris sur son pseudo mais ça veut rien
dire moi sur mon pseudo y a pas d’âge je commence à me branler lentement

 


bon. c’est le soir. je sors de la douche en caleçon et je me glisse dans le
lit.


tu t’appelles comment dans le scénar ?


marc, et toi ?


mélanie.


ok.


et tu ressembles à quoi ?


1m70, 65 kilos, cheveux courts bruns,

yeux
verts, mince.


ok. pas mal.


merci. et toi ?


petite, blonde, yeux noisette, mince, des gros seins, je suis en nuisette et en
string.


hmmmmm...


merci.


je te regarde : « tu es vachement jolie sœurette. »


(tu veux que je sois timide ?)


(comme tu veux.)


ok : « merci. tu me fais une place ? » j’enlève ma nuisette. je ne porte plus
que mon string.


je te souris et je regarde ton corps : « tu t’es bien amusée aujourd’hui ? »


« oui, merci » je fais glisser mon string et je m’étire.


hmmmm. je te regarde avec insistance : « tu as envie d’un massage ? »


« oui pourquoi pas ? j’ai beaucoup nagé, et je suis pleine de courbatures. »


« allonge-toi. »


je m’allonge sur le dos.

 

je
me branle toujours lentement en me caressant un peu les couilles parfois mais
je le fais pas trop parce que je me sens ridicule quand je fais ça ma queue est
déjà très gonflée si je voulais je pourrais jouir tout de suite mais je suis
pris dans le fantasme

 


je commence à te masser les épaules.


hmm...


je te masse les côtes et les reins : « tu sens bon... »


« merci. tu masses bien. »


« merci » je t’embrasse dans le cou.


« qu’est-ce que tu fais ? »


« tu n’aimes pas ? » je dépose un baiser au creux de tes reins.


« tu es fou ? arrête ! »


« tu ne veux pas faire de câlin ? » je t’embrasse à pleine bouche entre les
fesses.


hmmmmmm..... : « non, arrête » mais j’écarte les cuisses.


moi je bande dans mon caleçon.


hmmm... « cochon ».

 

je
me branle de plus en plus vite j’ai les mâchoires serrées je suis entièrement
dans le truc

 


je glisse ma bouche entre tes cuisses.


hmmmmm. je me cambre pour mieux t’accueillir : « non, arrête, tu es mon frère,
c’est pas bien. »


« pourquoi ? » je lèche doucement l’entrée de ta chatte.

 

je
me branle fort en bougeant un peu du bassin j’ai déjà du liquide préséminal qui
humecte mon gland

 


« désolé je peux pas m’en empêcher tu es trop belle tu sens trop bon » je lèche
plus fort tes grandes lèvres.


« hooo ouiiiiiiii » je me cambre encore plus.


je donne des coups de langue sur ton clito et je prends tes fesses à pleines
mains.


hmmmmmm ouiiiiiiii...


« ne gémis pas trop fort à cause des parents. »


« d’accord.... mais toi ne t’arrête pas, cochon. »


je glisse ma langue entre tes lèvres, je lèche l’intérieur de ta chatte.


hmmmmmmmm c’est bonnnnnn.

 

une
goutte de sperme sourd de mon gland je sens la pression monter dans toute ma
queue je me concentre fort sans bouger pour bloquer l’orgasme j’y arrive je
cesse de me branler

 


je te cambre pour lécher plus loin.


hmmm ouiiii...


tu aimes ?


ouais tu lèches trop bien je suis complètement trempée.


hmmm.


je me retourne vers toi.


je bande bien dur dans mon caleçon.


« fais voir » je passe les doigts sur ta bite.


hmmm.... je me déshabille ma queue est bien dure et dressée.


« il faut pas que les parents le sachent » je me penche pour t’embrasser le
gland.


hmmmmm « non on leur dira rien » j’ai du mal à parler à cause de l’excitation.

 

je
recommence à me branler mais moins vite l’érection est un peu retombée j’ai
trop chaud

 


je prends ton gland dans la bouche. je le presse entre mes lèvres.


hoooooo ouiiiiiii.......


je malaxe tes couilles.


hmmmm j’adore ça........


je prends ta bite entièrement en bouche et je la suce rapidement.


ouiiiiiiiiiiii........... je me penche pour te doigter.


hmmmmmm...


j’enfonce deux doigts lentement et profondément et avec le pouce je frotte ton
clito.


hmmmmm ouiiiiiiii.


hmmmmm....


je lèche ta bite de bas en haut et je suce tes couilles.


hmmmmm c’est trop bon.....

 

je
suis prêt à jouir je dois faire une seconde pause j’ai les tempes qui cognent
le cœur qui cogne de la sueur qui me coule des aisselles

 


je recommence à te sucer la bite.


hmmmm ouiiiii mon gland commence à baver un peu.


hmmmm je le laisse couler tout au fond de ma gorge.


hmmm je continue à frotter ton clito je le fais rouler entre mes doigts je le
branle doucement.


hmmmm ouiiiii tu t’y prends trop bien.


merci...


j’ai envie de toi...


moi aussi...


ok.


allonge-toi. je m’allonge sur toi et je commence à te pénétrer doucement.


hmmmm...


ma queue fait des va-et-vient lents et profonds...


ouiiiii.


je souffle et je gémis dans ton oreille...


hmmm moi aussi je gémis.

 

j’essaie
de me branler au rythme de ma description j’ondule du bassin c’est trop bon
j’ai envie de faire durer ce moment mais y en a plus que pour quelques minutes
c’est inévitable déjà je sais plus trop quoi écrire je veux juste jouir


j’accélère lentement puis de plus en plus ma bouche butine tes tétons.


hmmmmmm...


je vais plus vite, plus fort, tu sens ma queue venir tout au fond de ta chatte.


putain, tu baises trop bien.


merci.


c’est trop bon, continue.


tu vas jouir bientôt ?


ouais.


préviens-moi.


ok.


je te prends sous les fesses, et je m’enfonce de plus en plus fort et plus
vite.


ouiiiiiii.


et puis je recommence très lentement avec des mouvements très amples.


hmmmmmm.......


je suce tes seins.

 

j’ai
cessé de me branler je suis concentré sur ma description j’ai hâte qu’elle
jouisse je l’imagine se doigter ou se goder en lisant mes trucs ça m’excite à
mort

 


tu te caresses ?


oui bien sûr.


moi aussi je me branle en pensant à ta chatte brûlante et trempée. tu te
caresses comment ?


je me mets des doigts.


combien ?


trois.


hmmmmmm. je suis au bord de jouir...


hmmm... continue à me baiser.


oui. je vais de nouveau en accélérant ma queue va et vient vite et fort...


hmmmmm......


je donne des coups de reins pour amplifier la pénétration.


ouiiii.

 

j’ai
recommencé à me branler et là l’orgasme est imminent je ne peux rien faire pour
le retenir c’est une question de secondes c’est trop bon cette montée c’est
trop bon

 


je vais bientôt jouirrrrrrr...


hmmmmmm moi aussi mon bébé.


je te prends de façon violente et désordonnée, je pousse des gémissements.


hmmmmm....


j’en peux plus, j’ai trop envie de jouir.


vas-y bébé.


ouiiiiiii...... ça viennnnnnntttttttt......


moi aausssssiiiiii......


ouiiiiiiiiiiiiii.......

 

je
m’arrache à l’ordi je me précipite aux chiottes tout en me branlant j’ai les
couilles super dures en chemin je lâche une ou deux gouttes de sperme qui
tombent sur mes cuisses je marche bizarrement à cause du pantalon baissé je
m’accroupis devant les chiottes et en deux ou trois va-et-vient j’explose
j’éjacule fort ça me coupe les jambes je ferme les yeux j’ai la queue trop dure
pour l’incliner j’en fous partout mais c’est trop bon des jets rapides c’est
trop bon je reste un instant comme ça le souffle court la queue encore
électrique je sens la sueur sale je m’essuie la queue ça m’envoie des petites
décharges j’essuie la cuvette là où il y a du sperme c’est gluant j’aime pas
faire ça je me sens un peu con je retourne à l’ordi

 


tu es là ?


oui désolé j’étais en train de jouir.


hmmm. merci mon bébé.


merci à toi. tu as joui ?


ho ouiii...


cool.


ouais.


t’as quel âge en vrai ?


16 ans.


ok.


bon, je dois y aller, j’ai cours là.


ok.

 

elle
laisse une petite icône en forme de cœur et elle déconnecte

 

il
faudrait que je me douche j’ai la flemme de toute façon j’ai pas l’intention de
sortir aujourd’hui je suis assis devant l’ordinateur je viens juste de me lever
je sens la sueur un peu la saleté je suis en caleçon il fait chaud j’ai les
yeux gonflés de sommeil et toujours le même sale goût amer au palais comme
chaque jour quand je me réveille bah ça va passer je regarde se remplir la
barre de connexion

bienvenue
vous avez des e-mails

c’est
que de la pub je les supprime je vais sur caramail je lance une recherche par
pseudos je dialogue avec sex_pour_tous


salut.

je
continue ma recherche c’est toujours long d’obtenir une réponse tout le monde
discute avec tout le monde les dialogues prennent des plombes c’est chiant
souvent

je
dialogue avec unefillequiteveutdubien76

 


salut.

 

je
dialogue avec labellevousattend

 


salut.

 

je
dialogue avec bonne_a_tout

 


salut.

 

je
suis ignoré par labellevousattend

je
dialogue avec je-veu-k-on-baise-en-virtuel

 


salut, moi aussi.

 

je
suis ignoré par unefillequiteveutdubien

bonne_a_tout
répond

 


salut


tu es bonne à quoi ?

 

je
suis ignoré par je-veu-k-on-baise-en-virtuel

je
dialogue avec sabri-chaude elle est dans un salon qui s’appelle action ou
vérité xxx rien que l’idée m’excite

 


salut tu veux jouer avec moi en privé ?

 

bonne_a_tout
répond

 


à tout.

 

ça
me blase un peu

 


tu suces bien ?

 

sabri-chaude
répond

 


ouais.


alors je commence : a ou v ?

 

je
dialogue avec je suceafonddiscret

 


salut. h ou f ?

 

sabri-chaude
répond

 


v.


ok. c’est quoi que tu préfères dans le sexe ?

 

je
commence à bander doucement

bonne_a_tout
répond

 


je suis la meilleure.


tu veux me sucer en virtuel ?

 

je
dialogue avec sexy-solene

 


salut.

 

bonne_a_tout
vient de m’ignorer ça veut dire qu’elle ne peut plus lire mes messages

jesuceafonddiscret
répond

 


h connard.

 

jesuceafonddiscret
vient de m’ignorer

je
dialogue avec jesusetjaval après avoir mis un moment à décoder son pseudo

 


salut.

 

son
pseudo me rappelle une blague de vuillemin

sabri-chaude
répond

 


le cuni et la sodomie.

 

je
me branle tout doucement

 


à moi. je choisis a.

 

sexy-solene
répond

 


salut. moi aussi.


cool. c’est quoi que tu préfères ?

 

sabri-chaude
répond

 


déshabille-toi.

 

je
vire les autres avec qui je dialogue

 


ok j’ai juste un caleçon, je l’enlève.


ok.


c’est fait.


ok.


à toi : a ou v ?


a.


toi aussi déshabille-toi.


je suis déjà nue.

je
me branle doucement en pressant mon gland je sens des frissons me remonter des
reins j’adore me branler quand je suis mal réveillé je bande un peu mou et j’ai
la queue super sensible

 


bon alors caresse-toi les seins.


ok.


hmmm...


j’ai les tétons qui durcissent.


hmmmmmm... à moi : v.

 

je
me branle un peu plus vite

badangel
dialogue avec moi

 


salut, moi aussi.


hmmmm... et tu es habillée comment ?

 

sabri-chaude
répond

 


comment est ta queue ?


16 cm, 2 cm de diamètre, douce au toucher, un gland sombre, et elle est toute
dure en ce moment.


hmmmm...


a ou v ?

 

badangel
répond

 


je suis en nuisette et en string, et toi ?


je suis nu. tu veux bien te déshabiller pour moi ?

sabri-chaude
répond

 


v.


ok. est-ce que tu avales, quand tu suces ?


oui.


hmmmmmm...

 

je
me branle plus fort ma queue devient vraiment dure

badangel
répond

 


ça y est.


hmmmm.... tu aimes sucer ?

 

sabri-chaude
répond

 


à toi : a ou v ?


a.


ok. branle-toi.


hmmmmmmmm...

 

badangel
répond

 


j’adore.


mmm... tu veux bien me sucer en virtuel ?

 

je
me fais ignorer par badangel

je
réponds à sabri-chaude

 


je suis en train de me branler, ma queue est chaude et dure dans ma main, il y
a un peu de liquide au bout du gland.


miammm.


tu as envie de la sucer ?


ho ouiiii.


hmmmmmmm.... prends-la dans ta bouche....


oui.


je fais des va-et-vient dans ta bouche comme si je te baisais.


hmmmmmmm...

je
me branle de plus en plus fort j’ai les yeux mi-clos je fais des petits
mouvements du bassin je ne peux pas contrôler ces mouvements je suis trop
excité

 


j’ai envie de jouir dans ta bouche.


ho oui donne-moi tout bébé.


hmmmmmm...


hmmmmm je bois tout ton sperme hmmmmm...


hooo ouiiiiiiii...

 

je
cours aux toilettes en me branlant toujours j’imagine la fille en train de me
sucer à fond complètement passive sa bouche juste ouverte et accueillante pour
moi je me branle vite vite vite fort fort fort j’imagine ma queue tout entière
dans sa bouche dans sa gorge j’imagine sa langue qui frotte contre mon gland ça
m’excite à mort je jouis en faisant un bruit de gorge je sens un spasme dans ma
queue et un frisson qui me remonte des reins au cerveau je fais un petit hoo de
gorge une goutte de sperme sourd j’incline ma queue j’éjacule un sperme épais
puis ça se calme j’ai moins de frissons

je
m’essuie je bâille je jette le papier je tire la chasse je reviens à l’ordi je
déconnecte je mets un disque je m’allonge sur le lit j’ai les yeux qui piquent
j’ai sommeil super sommeil je bâille encore je sortirais bien pour aller à la
fnac la musique ambiante me berce me berce

 

je
suis dehors j’ai la bouche pâteuse les yeux qui piquent je viens de me
réveiller je suis sorti direct sans allumer l’ordinateur je sais pas trop quoi
faire dehors j’ai juste envie de traîner et dépenser du fric je marche dans les
rues je regarde un peu les gens et les vitrines mais ça m’intéresse pas trop

j’arrive
à la poste j’insère ma carte je tape mon code 0090 j’appuie sur les boutons
j’attends le papier je lis il me reste moins 234 euros ça veut dire que j’en ai
encore 56 de disponibles on est le 28 j’ai plus qu’une semaine à tenir je peux
toujours aller cramer un peu de blé à la fnac

j’entre
dans la fnac il y a plein de monde je vais jusqu’au rayon indépendants et je
farfouille un peu il n’y a pas grand-chose qui me tente finalement je trouve
une réédition augmentée d’un vieux sonic youth ensuite je vais au rayon bédés
je feuillette des trucs au rayon indépendants mais il n’y a rien qui me plaît
en fait je veux plutôt dépenser mes sous que vraiment acheter quelque chose en
particulier je vais voir les nouveautés je feuillette encore des bédés le
dernier lapinot a l’air pas mal je le prends je feuillette encore des trucs et
je vais vers les caisses

je
suis derrière une fille de dix-sept dix-huit ans elle sent bon je m’approche un
peu d’elle pour mieux sentir son parfum c’est une odeur douce et fruitée ça
m’excite et puis elle paie et elle se casse et je paie et je me casse aussi

je
suis dehors avec mon disque et ma bédé je suis pas plus avancé j’ai pas envie
de rentrer me branler ou lire ou écouter sonic youth je sais pas quoi faire je
pourrais passer chez des gens mais ça me fait chier

je
marche encore dans les rues au hasard sans regarder grand-chose sans trop
penser à grand-chose au bout d’un moment j’ai faim je marche jusqu’au
centre-ville je regarde ce que proposent les sandwicheries y a rien qui me
plaît j’erre comme ça pendant une bonne dizaine de minutes et y a rien qui me
plaît c’est soit trop cher soit y a pas le choix que je veux finalement je vais
à macdo

 

 

dehors
il pleut

je
n’ai pas de parapluie

je
préfère la pluie aux parapluies

je
marche sans tenir compte des sdf qui essaient de faire la manche sous les parapluies

mais
je suis obligé de tenir compte des parapluies des autres

je
me dis que la pluie c’est bien quand on est dehors par envie

en
me disant cela je ne pense pas aux sdf mais aux gens qui sont dehors pour se
rendre à l’école ou à leur travail

je
ne marche pas vite

je
suis vêtu d’un jean troué au genou droit

la
pluie ricoche sur la peau de mon genou

je
suis vêtu d’un tee-shirt blanc probablement gris autour du cou

je
suis vêtu aussi d’une chemise blanche à rayures et elle aussi sans doute elle
est sale au col et peut-être même au bas des manches et d’un sweat-shirt gris
qui a un col en v

je
n’aime pas les cols en v mais je n’ai pas d’autre sweat-shirt

je
me rends à la bibliothèque

il
est encore un peu tôt pour la bibliothèque

des
gens patientent devant la grille d’entrée en se protégeant comme ils peuvent de
la pluie

il
y a un sdf allongé sous un porche une bouteille de météor vide allongée à côté
de lui

il
a une épaisse barbe brune mêlée de poils roux sa barbe est très sale et très
emmêlée et ses cheveux sont pareils ce sont des cheveux mi-longs il a la tête
très rouge et des yeux mi-clos bleu très clair il marmonne pour lui-même ou
alors il essaie de parler aux autres mais il n’a pas assez de force ou de
motivation pour s’exprimer à voix haute

ses
chaussures sont cassées la semelle est décousue je vois ses pieds sales et
mouillés son pantalon est en lambeaux

la
bibliothèque ouvre et je cesse de l’observer

je
remarque les béquilles posées par terre devant lui

j’ai
encore le temps de me demander comment ça se fait que je n’aie pas remarqué les
béquilles avant et puis je me mêle à ceux qui rentrent dans la bibliothèque

juste
derrière la porte vitrée de l’air chaud souffle depuis le plafond

ici
il fait chaud et sec

je
pense une dernière fois au sdf roux-brun dehors puis je m’engage dans une des
deux files d’attente aux guichets des retours

j’attends
en ne pensant à rien

puis
j’attends en pensant au pain au chocolat que je vais acheter en sortant

j’espère
qu’il ne pleuvra plus parce que j’aime manger les pains aux chocolats dehors
sauf s’il pleut

et
de nouveau j’attends en ne pensant à rien

je
mate les lycéennes aux vêtements mouillés

j’aime
bien

un
instant je songe à aller me branler aux chiottes mais mon tour arrive et puis
je préfère faire ça tranquillement chez moi avec une autre fille qui se branle
elle aussi

je
ne suis plus un gamin

je
dépose sur le comptoir du guichet retours mes six livres six cd un dvd

j’attends
pendant que l’employée scanne tous les codes-barres avec son crayon optique
comme au supermarché

à
chaque fois elle regarde l’information qui s’affiche sur l’écran

pour
les livres elle les feuillette vite fait pour vérifier leur état

pour
les cd et le dvd elle examine la surface réfléchissante à la recherche de
rayures et elle vérifie la présence du livret

elle
paraît satisfaite à chaque examen

elle
paraît satisfaite d’une manière générale

moi
je la regarde et je me dis que j’aimerais pas être à sa place

et
puis je me dis que j’ai pas pensé ça à propos du sdf

et
puis je me dis que ça veut rien dire

l’employée
me regarde et me dit c’est bon merci

je
souris

elle
me dit encore vous n’avez aucun document emprunté

je
dis merci

je
dis encore au revoir

je
m’éloigne pour laisser la place au suivant

l’employée
a un accent russe ou italien je sais pas trop

c’est
amusant

ça
pourrait être sexy si elle était pas vieille

de
toute façon l’imaginer à dix-sept ans c’est un peu difficile maintenant qu’elle
en a au moins trente de plus

je
choisis des livres

je
choisis des disques

je
choisis un dvd

je
refais la queue mais au guichet des emprunts

je
ressors

il
pleut encore

le
sdf est toujours là il interpelle quelqu’un qui a l’air gêné

moi
je traverse avant de le croiser mais c’est pas pour le fuir c’est parce que la
boulangerie est en face

je
fais la queue encore un coup

je
lis une affiche où le boulanger a écrit que ses viennoiseries sont meilleures
parce qu’il met plus de beurre que les autres dans sa pâte

je
me dis que c’est marrant d’être fier de détails aussi cons

je
demande un pain au chocolat

je
paie quatre-vingts centimes et je sors

dehors
il pleut toujours

un
peu déçu je range mon pain au chocolat dans le sac qui contient déjà les livres

c’est
un sac en plastique jaune vif avec le logo de la bibliothèque dessus

je
rentre pour bouffer mon pain au chocolat tranquille en lisant des bédés

ou
peut-être que je me branlerai d’abord

j’ai
envie de me branler c’est sans doute parce que je ne suis pas très bien
réveillé

c’est
surtout le matin que ma queue est hypersensible il m’arrive même de sentir
parfois des petites décharges électriques au bout du gland j’imagine alors mes
nerfs qui frétillent

je
croise en chemin un groupe de trois collégiennes qui discutent entre elles et
qui rient

l’une
d’elles regarde le trou à mon jean et les fils blancs qui pendouillent alourdis
de pluie

je
suis gêné

comme
toujours quand je suis gêné je farfouille dans ma poche à la recherche de ma
montre

je
sors ma montre et je fais semblant de regarder l’heure à l’instant même où nous
nous croisons

je
range ma montre

elles
étaient mignonnes

environ
quinze seize ans

je
suis excité je presse le pas

en
chemin j’échafaude un fantasme

elles
s’arrêtent

elles
me disent que l’une d’elles est pucelle et elles voudraient que je lui rende
service

elles
m’entraînent dans un coin et

faut
que j’arrête je bande

j’ai
hâte de rentrer

je
repasse le scénario dans ma tête durant tout le trajet

je
vais aux chiottes

les
filles s’arrêtent et m’abordent

elles
me regardent comme des salopes en chaleur

lui
rendre un service

m’entraînent
dans un coin

soulève
sa jupe

rien
dessous

une
main à travers mon jean

ho
mais tu bandes mon cochon

un
sourire vicieux et elle s’agenouille

elle
m’embrasse

zip

ma
queue dans une bouche chaude

vas-y

gicle
dans ma gorge

tu
baiseras ma copine après

des
seins nus

des
petits seins

je
les pelote

suce
suce suce

je
jouis au fond des chiottes

 

le
disque dur grésille

je
regarde la fenêtre de soulseek sur mon écran

je
suis en train de télécharger des fichiers pornos j’y avais jamais pensé avant
pourtant j’ai déjà téléchargé des tas d’images pochettes de disques etc. mais
des fichiers de cul jamais j’y avais pensé

j’ai
fait plusieurs recherches sur critères il y a teen blowjob lesbian et chacun
avec les deux suffixes .jpg et .mpg parce je veux des images et des vidéos des
images pour me branler pendant que les vidéos chargent

je
suis en train de surveiller le chargement des vidéos et des images j’ai environ
une douzaine de vidéos et une centaine d’images j’attends que toutes les images
soient téléchargées comme ça je pourrai me branler plus longtemps en attendant
je lance d’autres recherches pussy masturbate fingering je sélectionne des
images et d’autres vidéos je vais passer la journée à faire ça je le sens bien

rien
qu’à regarder l’évolution du téléchargement des pourcentages qui s’approchent
de cent à des vitesses variables ça m’excite

je
sors ma bite et je commence à me branler devant la fenêtre de téléchargement de
soulseek

je
me trouve ridicule un moment et puis le ridicule laisse place à l’effervescence
maintenant je suis vraiment excité il faut que je me calme un peu quand même
j’aimerais bien jouir en regardant une vidéo

je
lance les images qui sont déjà téléchargées d’une main je clique sur la souris
pour les faire défiler de l’autre je me branle

ce
sont des photos en pied de filles nues elles doivent avoir dix-sept dix-huit
ans elles se doigtent ou bien juste écartent les cuisses je les fais défiler
très vite en me branlant elles se fondent toutes en une chatte une chatte une
chatte des nichons des nichons je me branle de plus en plus vite j’ai la bouche
à moitié ouverte d’autres images sont arrivées des lesbiennes cette fois-ci des
filles qui se lèchent qui s’embrassent à pleine bouche à pleine langue des
Asiatiques à peine pubères qui se godent je suis de plus en plus excité des
ados lesbiennes gothiques qui se roulent des pelles et se pincent les bouts des
seins je suis de plus en plus excité tant pis pour les vidéos tant pis pour les
autres images je reviens en arrière sur une image qui m’avait bien plu une
fille prise de face jambes écartées trois doigts enfoncés dans sa chatte et un
sourire de bien-être hyper excitant je me finis devant elle vite vite vite vite
vite je me précipite aux chiottes je jouis en chemin merde merde j’en ai plein
les mains j’en ai sur les mollets sur le jean c’est pas fini c’est pas fini je
tombe à genoux devant les chiottes je m’astique avec frénésie pour finir de
jouir c’est bon c’est bonnnnnn ouiiiii

ensuite
je déroule pas mal de papier toilette

je
m’essuie d’abord les mains et la queue

ensuite
je m’essuie les cuisses

ça
a déjà commencé à sécher ça colle aux poils ça fait un peu mal quand j’essuie

et
puis je ramasse ce que je peux de ce qui s’est accumulé au jean

je
me rhabille

j’ai
le caleçon humide merde j’en ai foutu là aussi

ça
sent le sperme

c’est
drôle comme le tissu humide de sperme sent fort à ce point

j’ai
une sensation humide contre la cuisse là où le caleçon est taché

c’est
un peu désagréable

l’idéal
serait que je prenne une douche et que je change de vêtements

mais
j’ai la flemme

je
retourne à l’ordinateur

je
détruis les images que j’ai déjà matées

je
regarde où en sont les autres téléchargements mais ça ne m’excite plus

ça
ne m’intéresse plus

je
supprime tous les téléchargements en cours qui concernent les images

je
ne garde que les vidéos pour certaines y en a pour des heures mais les plus
rapides ou les plus courtes seront prêtes dans trois quarts d’heure

peut-être
que dans trois quarts d’heure je serai de nouveau excité

probablement
oui

en
attendant j’ai qu’à aller à la bibliothèque ramener mes bédés et en choisir de
nouvelles

 

ROMAN DE KONSSTRUKT A SUIVRE ICI

JAI PEUR

 


salut.

 

je
me fais ignorer par grossechienne


salut.

 

je
me fais ignorer par chattemouillée

 


salut.


salut.

 

c’est
salope_en_string qui me répond moi je sors ma queue qui commence à durcir entre
mes doigts sans que je fasse aucun mouvement

 


tu veux un scénar hot ?


ouais.


scénar inceste ?


ouais.


ok. alors je suis ton frère, on est partis en vacances avec les parents et on
dort tous les deux dans le même lit pour économiser du fric.


ok. t’as quel âge dans le scénar ?


19, et toi ?


17.

 

c’est
l’âge qui s’affiche quand je passe la souris sur son pseudo mais ça veut rien
dire moi sur mon pseudo y a pas d’âge je commence à me branler lentement

 


bon. c’est le soir. je sors de la douche en caleçon et je me glisse dans le
lit.


tu t’appelles comment dans le scénar ?


marc, et toi ?


mélanie.


ok.


et tu ressembles à quoi ?


1m70, 65 kilos, cheveux courts bruns,

yeux
verts, mince.


ok. pas mal.


merci. et toi ?


petite, blonde, yeux noisette, mince, des gros seins, je suis en nuisette et en
string.


hmmmmm...


merci.


je te regarde : « tu es vachement jolie sœurette. »


(tu veux que je sois timide ?)


(comme tu veux.)


ok : « merci. tu me fais une place ? » j’enlève ma nuisette. je ne porte plus
que mon string.


je te souris et je regarde ton corps : « tu t’es bien amusée aujourd’hui ? »


« oui, merci » je fais glisser mon string et je m’étire.


hmmmm. je te regarde avec insistance : « tu as envie d’un massage ? »


« oui pourquoi pas ? j’ai beaucoup nagé, et je suis pleine de courbatures. »


« allonge-toi. »


je m’allonge sur le dos.

 

je
me branle toujours lentement en me caressant un peu les couilles parfois mais
je le fais pas trop parce que je me sens ridicule quand je fais ça ma queue est
déjà très gonflée si je voulais je pourrais jouir tout de suite mais je suis
pris dans le fantasme

 


je commence à te masser les épaules.


hmm...


je te masse les côtes et les reins : « tu sens bon... »


« merci. tu masses bien. »


« merci » je t’embrasse dans le cou.


« qu’est-ce que tu fais ? »


« tu n’aimes pas ? » je dépose un baiser au creux de tes reins.


« tu es fou ? arrête ! »


« tu ne veux pas faire de câlin ? » je t’embrasse à pleine bouche entre les
fesses.


hmmmmmm..... : « non, arrête » mais j’écarte les cuisses.


moi je bande dans mon caleçon.


hmmm... « cochon ».

 

je
me branle de plus en plus vite j’ai les mâchoires serrées je suis entièrement
dans le truc

 


je glisse ma bouche entre tes cuisses.


hmmmmm. je me cambre pour mieux t’accueillir : « non, arrête, tu es mon frère,
c’est pas bien. »


« pourquoi ? » je lèche doucement l’entrée de ta chatte.

 

je
me branle fort en bougeant un peu du bassin j’ai déjà du liquide préséminal qui
humecte mon gland

 


« désolé je peux pas m’en empêcher tu es trop belle tu sens trop bon » je lèche
plus fort tes grandes lèvres.


« hooo ouiiiiiiii » je me cambre encore plus.


je donne des coups de langue sur ton clito et je prends tes fesses à pleines
mains.


hmmmmmm ouiiiiiiii...


« ne gémis pas trop fort à cause des parents. »


« d’accord.... mais toi ne t’arrête pas, cochon. »


je glisse ma langue entre tes lèvres, je lèche l’intérieur de ta chatte.


hmmmmmmmm c’est bonnnnnn.

 

une
goutte de sperme sourd de mon gland je sens la pression monter dans toute ma
queue je me concentre fort sans bouger pour bloquer l’orgasme j’y arrive je
cesse de me branler

 


je te cambre pour lécher plus loin.


hmmm ouiiii...


tu aimes ?


ouais tu lèches trop bien je suis complètement trempée.


hmmm.


je me retourne vers toi.


je bande bien dur dans mon caleçon.


« fais voir » je passe les doigts sur ta bite.


hmmm.... je me déshabille ma queue est bien dure et dressée.


« il faut pas que les parents le sachent » je me penche pour t’embrasser le
gland.


hmmmmm « non on leur dira rien » j’ai du mal à parler à cause de l’excitation.

 

je
recommence à me branler mais moins vite l’érection est un peu retombée j’ai
trop chaud

 


je prends ton gland dans la bouche. je le presse entre mes lèvres.


hoooooo ouiiiiiii.......


je malaxe tes couilles.


hmmmm j’adore ça........


je prends ta bite entièrement en bouche et je la suce rapidement.


ouiiiiiiiiiiii........... je me penche pour te doigter.


hmmmmmm...


j’enfonce deux doigts lentement et profondément et avec le pouce je frotte ton
clito.


hmmmmm ouiiiiiiii.


hmmmmm....


je lèche ta bite de bas en haut et je suce tes couilles.


hmmmmm c’est trop bon.....

 

je
suis prêt à jouir je dois faire une seconde pause j’ai les tempes qui cognent
le cœur qui cogne de la sueur qui me coule des aisselles

 


je recommence à te sucer la bite.


hmmmm ouiiiii mon gland commence à baver un peu.


hmmmm je le laisse couler tout au fond de ma gorge.


hmmm je continue à frotter ton clito je le fais rouler entre mes doigts je le
branle doucement.


hmmmm ouiiiii tu t’y prends trop bien.


merci...


j’ai envie de toi...


moi aussi...


ok.


allonge-toi. je m’allonge sur toi et je commence à te pénétrer doucement.


hmmmm...


ma queue fait des va-et-vient lents et profonds...


ouiiiii.


je souffle et je gémis dans ton oreille...


hmmm moi aussi je gémis.

 

j’essaie
de me branler au rythme de ma description j’ondule du bassin c’est trop bon
j’ai envie de faire durer ce moment mais y en a plus que pour quelques minutes
c’est inévitable déjà je sais plus trop quoi écrire je veux juste jouir


j’accélère lentement puis de plus en plus ma bouche butine tes tétons.


hmmmmmm...


je vais plus vite, plus fort, tu sens ma queue venir tout au fond de ta chatte.


putain, tu baises trop bien.


merci.


c’est trop bon, continue.


tu vas jouir bientôt ?


ouais.


préviens-moi.


ok.


je te prends sous les fesses, et je m’enfonce de plus en plus fort et plus
vite.


ouiiiiiii.


et puis je recommence très lentement avec des mouvements très amples.


hmmmmmm.......


je suce tes seins.

 

j’ai
cessé de me branler je suis concentré sur ma description j’ai hâte qu’elle
jouisse je l’imagine se doigter ou se goder en lisant mes trucs ça m’excite à
mort

 


tu te caresses ?


oui bien sûr.


moi aussi je me branle en pensant à ta chatte brûlante et trempée. tu te
caresses comment ?


je me mets des doigts.


combien ?


trois.


hmmmmmm. je suis au bord de jouir...


hmmm... continue à me baiser.


oui. je vais de nouveau en accélérant ma queue va et vient vite et fort...


hmmmmm......


je donne des coups de reins pour amplifier la pénétration.


ouiiii.

 

j’ai
recommencé à me branler et là l’orgasme est imminent je ne peux rien faire pour
le retenir c’est une question de secondes c’est trop bon cette montée c’est
trop bon

 


je vais bientôt jouirrrrrrr...


hmmmmmm moi aussi mon bébé.


je te prends de façon violente et désordonnée, je pousse des gémissements.


hmmmmm....


j’en peux plus, j’ai trop envie de jouir.


vas-y bébé.


ouiiiiiii...... ça viennnnnnntttttttt......


moi aausssssiiiiii......


ouiiiiiiiiiiiiii.......

 

je
m’arrache à l’ordi je me précipite aux chiottes tout en me branlant j’ai les
couilles super dures en chemin je lâche une ou deux gouttes de sperme qui
tombent sur mes cuisses je marche bizarrement à cause du pantalon baissé je
m’accroupis devant les chiottes et en deux ou trois va-et-vient j’explose
j’éjacule fort ça me coupe les jambes je ferme les yeux j’ai la queue trop dure
pour l’incliner j’en fous partout mais c’est trop bon des jets rapides c’est
trop bon je reste un instant comme ça le souffle court la queue encore
électrique je sens la sueur sale je m’essuie la queue ça m’envoie des petites
décharges j’essuie la cuvette là où il y a du sperme c’est gluant j’aime pas
faire ça je me sens un peu con je retourne à l’ordi

 


tu es là ?


oui désolé j’étais en train de jouir.


hmmm. merci mon bébé.


merci à toi. tu as joui ?


ho ouiii...


cool.


ouais.


t’as quel âge en vrai ?


16 ans.


ok.


bon, je dois y aller, j’ai cours là.


ok.

 

elle
laisse une petite icône en forme de cœur et elle déconnecte

 

il
faudrait que je me douche j’ai la flemme de toute façon j’ai pas l’intention de
sortir aujourd’hui je suis assis devant l’ordinateur je viens juste de me lever
je sens la sueur un peu la saleté je suis en caleçon il fait chaud j’ai les
yeux gonflés de sommeil et toujours le même sale goût amer au palais comme
chaque jour quand je me réveille bah ça va passer je regarde se remplir la
barre de connexion

bienvenue
vous avez des e-mails

c’est
que de la pub je les supprime je vais sur caramail je lance une recherche par
pseudos je dialogue avec sex_pour_tous


salut.

je
continue ma recherche c’est toujours long d’obtenir une réponse tout le monde
discute avec tout le monde les dialogues prennent des plombes c’est chiant
souvent

je
dialogue avec unefillequiteveutdubien76

 


salut.

 

je
dialogue avec labellevousattend

 


salut.

 

je
dialogue avec bonne_a_tout

 


salut.

 

je
suis ignoré par labellevousattend

je
dialogue avec je-veu-k-on-baise-en-virtuel

 


salut, moi aussi.

 

je
suis ignoré par unefillequiteveutdubien

bonne_a_tout
répond

 


salut


tu es bonne à quoi ?

 

je
suis ignoré par je-veu-k-on-baise-en-virtuel

je
dialogue avec sabri-chaude elle est dans un salon qui s’appelle action ou
vérité xxx rien que l’idée m’excite

 


salut tu veux jouer avec moi en privé ?

 

bonne_a_tout
répond

 


à tout.

 

ça
me blase un peu

 


tu suces bien ?

 

sabri-chaude
répond

 


ouais.


alors je commence : a ou v ?

 

je
dialogue avec je suceafonddiscret

 


salut. h ou f ?

 

sabri-chaude
répond

 


v.


ok. c’est quoi que tu préfères dans le sexe ?

 

je
commence à bander doucement

bonne_a_tout
répond

 


je suis la meilleure.


tu veux me sucer en virtuel ?

 

je
dialogue avec sexy-solene

 


salut.

 

bonne_a_tout
vient de m’ignorer ça veut dire qu’elle ne peut plus lire mes messages

jesuceafonddiscret
répond

 


h connard.

 

jesuceafonddiscret
vient de m’ignorer

je
dialogue avec jesusetjaval après avoir mis un moment à décoder son pseudo

 


salut.

 

son
pseudo me rappelle une blague de vuillemin

sabri-chaude
répond

 


le cuni et la sodomie.

 

je
me branle tout doucement

 


à moi. je choisis a.

 

sexy-solene
répond

 


salut. moi aussi.


cool. c’est quoi que tu préfères ?

 

sabri-chaude
répond

 


déshabille-toi.

 

je
vire les autres avec qui je dialogue

 


ok j’ai juste un caleçon, je l’enlève.


ok.


c’est fait.


ok.


à toi : a ou v ?


a.


toi aussi déshabille-toi.


je suis déjà nue.

je
me branle doucement en pressant mon gland je sens des frissons me remonter des
reins j’adore me branler quand je suis mal réveillé je bande un peu mou et j’ai
la queue super sensible

 


bon alors caresse-toi les seins.


ok.


hmmm...


j’ai les tétons qui durcissent.


hmmmmmm... à moi : v.

 

je
me branle un peu plus vite

badangel
dialogue avec moi

 


salut, moi aussi.


hmmmm... et tu es habillée comment ?

 

sabri-chaude
répond

 


comment est ta queue ?


16 cm, 2 cm de diamètre, douce au toucher, un gland sombre, et elle est toute
dure en ce moment.


hmmmm...


a ou v ?

 

badangel
répond

 


je suis en nuisette et en string, et toi ?


je suis nu. tu veux bien te déshabiller pour moi ?

sabri-chaude
répond

 


v.


ok. est-ce que tu avales, quand tu suces ?


oui.


hmmmmmm...

 

je
me branle plus fort ma queue devient vraiment dure

badangel
répond

 


ça y est.


hmmmm.... tu aimes sucer ?

 

sabri-chaude
répond

 


à toi : a ou v ?


a.


ok. branle-toi.


hmmmmmmmm...

 

badangel
répond

 


j’adore.


mmm... tu veux bien me sucer en virtuel ?

 

je
me fais ignorer par badangel

je
réponds à sabri-chaude

 


je suis en train de me branler, ma queue est chaude et dure dans ma main, il y
a un peu de liquide au bout du gland.


miammm.


tu as envie de la sucer ?


ho ouiiii.


hmmmmmmm.... prends-la dans ta bouche....


oui.


je fais des va-et-vient dans ta bouche comme si je te baisais.


hmmmmmmm...

je
me branle de plus en plus fort j’ai les yeux mi-clos je fais des petits
mouvements du bassin je ne peux pas contrôler ces mouvements je suis trop
excité

 


j’ai envie de jouir dans ta bouche.


ho oui donne-moi tout bébé.


hmmmmmm...


hmmmmm je bois tout ton sperme hmmmmm...


hooo ouiiiiiiii...

 

je
cours aux toilettes en me branlant toujours j’imagine la fille en train de me
sucer à fond complètement passive sa bouche juste ouverte et accueillante pour
moi je me branle vite vite vite fort fort fort j’imagine ma queue tout entière
dans sa bouche dans sa gorge j’imagine sa langue qui frotte contre mon gland ça
m’excite à mort je jouis en faisant un bruit de gorge je sens un spasme dans ma
queue et un frisson qui me remonte des reins au cerveau je fais un petit hoo de
gorge une goutte de sperme sourd j’incline ma queue j’éjacule un sperme épais
puis ça se calme j’ai moins de frissons

je
m’essuie je bâille je jette le papier je tire la chasse je reviens à l’ordi je
déconnecte je mets un disque je m’allonge sur le lit j’ai les yeux qui piquent
j’ai sommeil super sommeil je bâille encore je sortirais bien pour aller à la
fnac la musique ambiante me berce me berce

 

je
suis dehors j’ai la bouche pâteuse les yeux qui piquent je viens de me
réveiller je suis sorti direct sans allumer l’ordinateur je sais pas trop quoi
faire dehors j’ai juste envie de traîner et dépenser du fric je marche dans les
rues je regarde un peu les gens et les vitrines mais ça m’intéresse pas trop

j’arrive
à la poste j’insère ma carte je tape mon code 0090 j’appuie sur les boutons
j’attends le papier je lis il me reste moins 234 euros ça veut dire que j’en ai
encore 56 de disponibles on est le 28 j’ai plus qu’une semaine à tenir je peux
toujours aller cramer un peu de blé à la fnac

j’entre
dans la fnac il y a plein de monde je vais jusqu’au rayon indépendants et je
farfouille un peu il n’y a pas grand-chose qui me tente finalement je trouve
une réédition augmentée d’un vieux sonic youth ensuite je vais au rayon bédés
je feuillette des trucs au rayon indépendants mais il n’y a rien qui me plaît
en fait je veux plutôt dépenser mes sous que vraiment acheter quelque chose en
particulier je vais voir les nouveautés je feuillette encore des bédés le
dernier lapinot a l’air pas mal je le prends je feuillette encore des trucs et
je vais vers les caisses

je
suis derrière une fille de dix-sept dix-huit ans elle sent bon je m’approche un
peu d’elle pour mieux sentir son parfum c’est une odeur douce et fruitée ça
m’excite et puis elle paie et elle se casse et je paie et je me casse aussi

je
suis dehors avec mon disque et ma bédé je suis pas plus avancé j’ai pas envie
de rentrer me branler ou lire ou écouter sonic youth je sais pas quoi faire je
pourrais passer chez des gens mais ça me fait chier

je
marche encore dans les rues au hasard sans regarder grand-chose sans trop
penser à grand-chose au bout d’un moment j’ai faim je marche jusqu’au
centre-ville je regarde ce que proposent les sandwicheries y a rien qui me
plaît j’erre comme ça pendant une bonne dizaine de minutes et y a rien qui me
plaît c’est soit trop cher soit y a pas le choix que je veux finalement je vais
à macdo

 

 

dehors
il pleut

je
n’ai pas de parapluie

je
préfère la pluie aux parapluies

je
marche sans tenir compte des sdf qui essaient de faire la manche sous les parapluies

mais
je suis obligé de tenir compte des parapluies des autres

je
me dis que la pluie c’est bien quand on est dehors par envie

en
me disant cela je ne pense pas aux sdf mais aux gens qui sont dehors pour se
rendre à l’école ou à leur travail

je
ne marche pas vite

je
suis vêtu d’un jean troué au genou droit

la
pluie ricoche sur la peau de mon genou

je
suis vêtu d’un tee-shirt blanc probablement gris autour du cou

je
suis vêtu aussi d’une chemise blanche à rayures et elle aussi sans doute elle
est sale au col et peut-être même au bas des manches et d’un sweat-shirt gris
qui a un col en v

je
n’aime pas les cols en v mais je n’ai pas d’autre sweat-shirt

je
me rends à la bibliothèque

il
est encore un peu tôt pour la bibliothèque

des
gens patientent devant la grille d’entrée en se protégeant comme ils peuvent de
la pluie

il
y a un sdf allongé sous un porche une bouteille de météor vide allongée à côté
de lui

il
a une épaisse barbe brune mêlée de poils roux sa barbe est très sale et très
emmêlée et ses cheveux sont pareils ce sont des cheveux mi-longs il a la tête
très rouge et des yeux mi-clos bleu très clair il marmonne pour lui-même ou
alors il essaie de parler aux autres mais il n’a pas assez de force ou de
motivation pour s’exprimer à voix haute

ses
chaussures sont cassées la semelle est décousue je vois ses pieds sales et
mouillés son pantalon est en lambeaux

la
bibliothèque ouvre et je cesse de l’observer

je
remarque les béquilles posées par terre devant lui

j’ai
encore le temps de me demander comment ça se fait que je n’aie pas remarqué les
béquilles avant et puis je me mêle à ceux qui rentrent dans la bibliothèque

juste
derrière la porte vitrée de l’air chaud souffle depuis le plafond

ici
il fait chaud et sec

je
pense une dernière fois au sdf roux-brun dehors puis je m’engage dans une des
deux files d’attente aux guichets des retours

j’attends
en ne pensant à rien

puis
j’attends en pensant au pain au chocolat que je vais acheter en sortant

j’espère
qu’il ne pleuvra plus parce que j’aime manger les pains aux chocolats dehors
sauf s’il pleut

et
de nouveau j’attends en ne pensant à rien

je
mate les lycéennes aux vêtements mouillés

j’aime
bien

un
instant je songe à aller me branler aux chiottes mais mon tour arrive et puis
je préfère faire ça tranquillement chez moi avec une autre fille qui se branle
elle aussi

je
ne suis plus un gamin

je
dépose sur le comptoir du guichet retours mes six livres six cd un dvd

j’attends
pendant que l’employée scanne tous les codes-barres avec son crayon optique
comme au supermarché

à
chaque fois elle regarde l’information qui s’affiche sur l’écran

pour
les livres elle les feuillette vite fait pour vérifier leur état

pour
les cd et le dvd elle examine la surface réfléchissante à la recherche de
rayures et elle vérifie la présence du livret

elle
paraît satisfaite à chaque examen

elle
paraît satisfaite d’une manière générale

moi
je la regarde et je me dis que j’aimerais pas être à sa place

et
puis je me dis que j’ai pas pensé ça à propos du sdf

et
puis je me dis que ça veut rien dire

l’employée
me regarde et me dit c’est bon merci

je
souris

elle
me dit encore vous n’avez aucun document emprunté

je
dis merci

je
dis encore au revoir

je
m’éloigne pour laisser la place au suivant

l’employée
a un accent russe ou italien je sais pas trop

c’est
amusant

ça
pourrait être sexy si elle était pas vieille

de
toute façon l’imaginer à dix-sept ans c’est un peu difficile maintenant qu’elle
en a au moins trente de plus

je
choisis des livres

je
choisis des disques

je
choisis un dvd

je
refais la queue mais au guichet des emprunts

je
ressors

il
pleut encore

le
sdf est toujours là il interpelle quelqu’un qui a l’air gêné

moi
je traverse avant de le croiser mais c’est pas pour le fuir c’est parce que la
boulangerie est en face

je
fais la queue encore un coup

je
lis une affiche où le boulanger a écrit que ses viennoiseries sont meilleures
parce qu’il met plus de beurre que les autres dans sa pâte

je
me dis que c’est marrant d’être fier de détails aussi cons

je
demande un pain au chocolat

je
paie quatre-vingts centimes et je sors

dehors
il pleut toujours

un
peu déçu je range mon pain au chocolat dans le sac qui contient déjà les livres

c’est
un sac en plastique jaune vif avec le logo de la bibliothèque dessus

je
rentre pour bouffer mon pain au chocolat tranquille en lisant des bédés

ou
peut-être que je me branlerai d’abord

j’ai
envie de me branler c’est sans doute parce que je ne suis pas très bien
réveillé

c’est
surtout le matin que ma queue est hypersensible il m’arrive même de sentir
parfois des petites décharges électriques au bout du gland j’imagine alors mes
nerfs qui frétillent

je
croise en chemin un groupe de trois collégiennes qui discutent entre elles et
qui rient

l’une
d’elles regarde le trou à mon jean et les fils blancs qui pendouillent alourdis
de pluie

je
suis gêné

comme
toujours quand je suis gêné je farfouille dans ma poche à la recherche de ma
montre

je
sors ma montre et je fais semblant de regarder l’heure à l’instant même où nous
nous croisons

je
range ma montre

elles
étaient mignonnes

environ
quinze seize ans

je
suis excité je presse le pas

en
chemin j’échafaude un fantasme

elles
s’arrêtent

elles
me disent que l’une d’elles est pucelle et elles voudraient que je lui rende
service

elles
m’entraînent dans un coin et

faut
que j’arrête je bande

j’ai
hâte de rentrer

je
repasse le scénario dans ma tête durant tout le trajet

je
vais aux chiottes

les
filles s’arrêtent et m’abordent

elles
me regardent comme des salopes en chaleur

lui
rendre un service

m’entraînent
dans un coin

soulève
sa jupe

rien
dessous

une
main à travers mon jean

ho
mais tu bandes mon cochon

un
sourire vicieux et elle s’agenouille

elle
m’embrasse

zip

ma
queue dans une bouche chaude

vas-y

gicle
dans ma gorge

tu
baiseras ma copine après

des
seins nus

des
petits seins

je
les pelote

suce
suce suce

je
jouis au fond des chiottes

 

le
disque dur grésille

je
regarde la fenêtre de soulseek sur mon écran

je
suis en train de télécharger des fichiers pornos j’y avais jamais pensé avant
pourtant j’ai déjà téléchargé des tas d’images pochettes de disques etc. mais
des fichiers de cul jamais j’y avais pensé

j’ai
fait plusieurs recherches sur critères il y a teen blowjob lesbian et chacun
avec les deux suffixes .jpg et .mpg parce je veux des images et des vidéos des
images pour me branler pendant que les vidéos chargent

je
suis en train de surveiller le chargement des vidéos et des images j’ai environ
une douzaine de vidéos et une centaine d’images j’attends que toutes les images
soient téléchargées comme ça je pourrai me branler plus longtemps en attendant
je lance d’autres recherches pussy masturbate fingering je sélectionne des
images et d’autres vidéos je vais passer la journée à faire ça je le sens bien

rien
qu’à regarder l’évolution du téléchargement des pourcentages qui s’approchent
de cent à des vitesses variables ça m’excite

je
sors ma bite et je commence à me branler devant la fenêtre de téléchargement de
soulseek

je
me trouve ridicule un moment et puis le ridicule laisse place à l’effervescence
maintenant je suis vraiment excité il faut que je me calme un peu quand même
j’aimerais bien jouir en regardant une vidéo

je
lance les images qui sont déjà téléchargées d’une main je clique sur la souris
pour les faire défiler de l’autre je me branle

ce
sont des photos en pied de filles nues elles doivent avoir dix-sept dix-huit
ans elles se doigtent ou bien juste écartent les cuisses je les fais défiler
très vite en me branlant elles se fondent toutes en une chatte une chatte une
chatte des nichons des nichons je me branle de plus en plus vite j’ai la bouche
à moitié ouverte d’autres images sont arrivées des lesbiennes cette fois-ci des
filles qui se lèchent qui s’embrassent à pleine bouche à pleine langue des
Asiatiques à peine pubères qui se godent je suis de plus en plus excité des
ados lesbiennes gothiques qui se roulent des pelles et se pincent les bouts des
seins je suis de plus en plus excité tant pis pour les vidéos tant pis pour les
autres images je reviens en arrière sur une image qui m’avait bien plu une
fille prise de face jambes écartées trois doigts enfoncés dans sa chatte et un
sourire de bien-être hyper excitant je me finis devant elle vite vite vite vite
vite je me précipite aux chiottes je jouis en chemin merde merde j’en ai plein
les mains j’en ai sur les mollets sur le jean c’est pas fini c’est pas fini je
tombe à genoux devant les chiottes je m’astique avec frénésie pour finir de
jouir c’est bon c’est bonnnnnn ouiiiii

ensuite
je déroule pas mal de papier toilette

je
m’essuie d’abord les mains et la queue

ensuite
je m’essuie les cuisses

ça
a déjà commencé à sécher ça colle aux poils ça fait un peu mal quand j’essuie

et
puis je ramasse ce que je peux de ce qui s’est accumulé au jean

je
me rhabille

j’ai
le caleçon humide merde j’en ai foutu là aussi

ça
sent le sperme

c’est
drôle comme le tissu humide de sperme sent fort à ce point

j’ai
une sensation humide contre la cuisse là où le caleçon est taché

c’est
un peu désagréable

l’idéal
serait que je prenne une douche et que je change de vêtements

mais
j’ai la flemme

je
retourne à l’ordinateur

je
détruis les images que j’ai déjà matées

je
regarde où en sont les autres téléchargements mais ça ne m’excite plus

ça
ne m’intéresse plus

je
supprime tous les téléchargements en cours qui concernent les images

je
ne garde que les vidéos pour certaines y en a pour des heures mais les plus
rapides ou les plus courtes seront prêtes dans trois quarts d’heure

peut-être
que dans trois quarts d’heure je serai de nouveau excité

probablement
oui

en
attendant j’ai qu’à aller à la bibliothèque ramener mes bédés et en choisir de
nouvelles

 

ROMAN DE KONSSTRUKT A SUIVRE ICI

ds se blog ya skil mé arivé é il ya a osi jke jpense é ske je resen ya osi tt skil me fé soufrir dite ske vou en pensé !

Javais 16 ans kan sa c pasé é sa a duré 15 jour...Au debut tou alé tré bin bin je vené de me metr ac mon copin
On avé di ke si on couche ensenble cété ds kelke moisMé malheureusemen o bout 1 semaine é demi il voulé le faire é Moi jne voulé pa!On été ds la coline rin ke lui é moi en amoureux San me douté de rin je sui resté ac lui san savoir se kil voulé faire...On é arivé ds un endroi on c asi lun a coté de lotre é on se fesé d calin é on senbrassé kan il a comencé a me touché lé sein sur mé sabille..g enlevé sa main il ma di sa va c sur lé abile g di é alor il me di sa va chui ton mec ou pa?? g di oui mé tu me touche pa lé sein dc il a misa main a ma
taille pui il a comencé a metr sa main plu ba entre mé janbe é jme sui levé directemen jui é di darété il ma di est ce ke tu mai g di oui mé jve pa faire lamour ac toi il me di mé je taim é toi osi pk on le feré pa g di nn c tro tot é pui ché moi c pa avan le mariage il me di mé tkt pa sa restera entre nou g di je men fou je ve pa le faire kan mm é pui mm si joré le droi avan le mariage je loré kan mmpa fé il me di mé tkt sa reste ke entre toi é moi jpe te le juré sur ma vie é sur ma tante ki é morte ( psk ché lui kan on jure sur la tete dun mort c kon jure pr de vré é kon ne men pa) malheureusemen la se nété pa le cas il a juré ds le vent mé moi jne le savé pa !!mé il sé
levé a son tour c aproché de moi jme sui mise a trenblé il me di kes ki ya ma cherie g di c rin sa va pasé g just
froi il me serre for ds c bra é me di vin ke jte réchauffe ma chérie . il ma pris ds c bra é a comencé a menbrasé
é a comencé a me désabille alor moi je tené mé vetemen é jme sui reculé méil mempéché de me reculé il me
retené dc je pouvé pa partir é la il a caremen changé il me di mé tkt sa va bin se pasé laisse toi faire né pa peur jui disé nn lache moi mé persone pouvé mentendre on été ds la coline é yavé persone pré de nou..dc il me tené é moi jme tené lé vetemen mé malgré sa il a réussi a me désabillé é me baisé mon boxer é me touché mé moi je repousé c main mé il avé plus de force ke moi é moi jété la devan lui tétanisé sa pouvoir me défendre é lui été la trankill, serin com si sété naturel é normal !! il ma faire faire plin de truk degoutan ke
tou lé mec aime..lui il ma fé faire une félasion, il ma fé le branlé é ensuite kan il été bin chofé il ma sodomisé
beurk!! cété atroces javé tro mal je crié nn arete mé il sen fouté lui sa lui doné du plaizir é il contnu pendan ke
moi jété la a soufrir le martir !! une foi kil avé fini juste avan je jiclé son sperme il a sorti son penis psk il navé
de protection(préservatif) é il me di alor cété bn jdisé nn javé envi de vomir jété malade jme senté sale javé tro
honte de skil vené de marivé é pourtan se nété pa de ma faute mé lui été conten é pui il sé rabilé é moi osi é on comence a partir moi jété vrémen pa bin je fesé une tete dentereman jarivé mm pa a marché telemen jété pa bin é il comence a me dire alor cété bon je c ke ta aimé sa é tt! jui di é pui i me di o faite toi é moi c fini mé tkt pa sa restera entre nou é moi g vomi une foi kil été parti! ensuite je sui rentré é on me regarde on me di kes ke tu a ? g di c rin g envi dalé o toilette g tro mal o ventre on me di ok ben vasi lé toilete son vide ji sui alé é ji sui reste pendan kelke minuite é chui alé me pasé un cou deau sur le visage ds la sale de bain! Mai san le savoir mon ex été entrin de raconté a c couzin kil été d viergé é ke jété un bon coup (c un b.... davoir di sa) ensuite 5 min apré un de se couzin vin me voir é me di vin voir fo ke jte parle jui é di kes tu ve i me di vin dehor fo kon parle toi é moi i me di tkt juste 5 min apré jdoi partir dc jui é di ok dc on marché ds la coline é il comence a me dire oé je vou sé vu toi é mon couzin g di a bon é kes ta vu i comence a me dire oé g vu ke le debu apré chui parti pr vou laisé votr intimité g di a oé é ta vu koi moi je voi pa de koi tu parle é pui jme sui mise a trenblé é i me di kes ki tarive g di c rin tkt g froi sa va pasé pui on c asi sur un roché é pui i comence a me dire arete de mentir g vu ke tu aimé sa tu été afon dedan jlé regardé é jui di srx mé kes ki c pasé si tu nous a vu! i me di ben jte vu lui faire un félasion g di é ta vu koi dotre il me di g vu ke sa vu ke apré jme sui di c mon couzin jle laise ds son intimité ac la gadji!(mé la vérité c ke lotre lui avé tou raconté mé moi je nen savé rin) dc apré il ma di mé vasi di moi kes ke vou avé fé dotr jui é di on na pa fé il ma forcé i me di jte croi pa je c ke ta aimé é tt g di mé nimporte koi g fahi lui vomir desu é tu me di ke jai aimé sa mé nimporte koi apré il comence a sortir son penis de son jeans é il me di vasi vin on fé pareile g di nn g pa voulu ac lui dc je le feré pa ac toi il me di mé vasi sa reste entre nou é lui osi se mé a juré é me di il le c ton pere g di nn il le c pa é tu ve kil le sache g di nn je v me faire défoncé i me di si tu me fé rin é ben je di tou a ton pere é i me di sa va tu la fé ac mon couzin fé le ac moi jdisé nn é pui je comence a partir pui il se leve é me tin pr pa ke je parte il me tené telemen for ke je pouvé rin faire é pui il c désabillé moi jéséye encor de partir mé il me tené tro for éme tiré ver lui dc apré 30min ke jéséyé de partir mé jété pa bin je omencé a méfondré é lui il en a profité pr me faire faire tous skil ma fé faire son couzin apré chui rentré é jne sui plu sorti du reste de la journé! ensuite tou les jour son couzin vené mé dire vien fo ke jte parle é me fesé du chantage en me disan si tu vien pa ac moi pr faire sa psk j c ke taim sa jui é di nn jaim pa il me di arete de mentir i me di si tu vien pa jle diré a ton pere é pu jme mété a trenbler é a etre blanche com un cacet daspirine mé lui tt é jour me fesé sa é un outre jour 2 o tre été venu me voir pr faire sa é jleur é di nn jve pa le faire ac vou il me disé mé vasi tu la fé ac no deux otre couzin é tu ve pa le faire ac nou , on le c ke taim sa ! je disé nn tu voi pa il me force t couzin il me fon du chantage mé il me cpyé pa ( c sur il croyé leur couzin) méfinalemen il mon laissé partir. un otre jour jété ac ma soeur jallai ché ma tante a pied é le 2eme ki ma violé é 2 otre de c couzin été en voiture il se son areter a coté de nou é nou on proposé de nou enmené pase soidisan eu ossi devé alé o meme endroi nou on a di nn on ve pa mé finalamen on é monté ac eux é il nou on enmené mé o momen de nou renmené il son alé a la coline en nou disan ke lui ki mavé violé é un de c couzin voulé me parlé 5 minute seul a seul moi g di on pe pa parlé ds la voiture il mon di c vite fé dc on é sorti lui ki ma violé son couzin é moi é ma soeur é lotre couzin é resté ds la voiture dc on é alé un pe plu loin mé luiki mavé deja violé é son couzin voulé faire encor lé meme chose é moi com tjr je ne voulé pa je refusé é ils continué a me faire du chantage é a juré é moi jété pa bien je vomissé reske é eux me prenné de force donc sa en fesai 3 ki mavé violé mé le 2 eme me viola plusieur foi jusko samedi 5 mai é le 3eme ke se jour la mé le jour daré 2 otrecouzin a eux été en scooter é me fesé le meme cou sidisan i voulé me parlé moi g di o petis de resté ac moi mé lé 2 on fé partir tt é peti dc jme sui retrouvé seul ac lé 2 é il mon fé pareille ke é otre moi je voulé tjr pa mé il mon enmené en scooter bcp plu loin pr kil ni é aucun peti o milieué ke personne mentendent dc il en avé un ki me sodomisé pendan ke lotre je devé le sucé ou le bralner BEURK!! é sa a duré lonten psk sa c pa fé directe il on réussi a me le faire o bou de 30 min ou o bou de 1h psk jété entrin de méfondré dc il on profité ! é le samedi 5 mai jété a un mariage de leur famille dc on é alé a léglise ensuite a la salle mé kelke minute apré etr arivé jété ac d couzine a eu é dc une ma di vin on va 5 min dehor é on revin g di oui dc on comence a alé dehor é ele comence a me dire o faite mé couzin veule te parlé 5 min g di nn jve pa i alé il veule faire d truk ac moi é ele me di c juste pr parlé 5 min g di ok reste ac moi on i va é son otre couzine été ac seu ki voulé me parlé dc ele comen a dire bon nou on va boir un cou é g di atendé resté ac moi é je vin ac vou kan g fini de parlé mé ele son parti sen moi é mon laisé ac lur couzin yavé lé 3 ki mavé deja violé + 5 otre é dc il mon enmené deriere de la salle du mariage é o comence le mm coup ke lé 2 premiere é osi il mon tt fé faire il vené 2 par 2 mé lé otre été pa tré loin é voyé tt skon fesé sété atroce javé tro mal jétémalade tous ckil me fesé faire g vomi preske sur eu é il continué com si rin nété é moi jété la a dire laisé moi arété é tt mé il continué il me tené kan jéséyé de partir mé joré pa pu partir yavé 8 mec é moi jété seule é une foi kil avé tous fini ac moi si le 8eme moré pa laisé partir il i oré u plus ke 8 mec ki moré violé é tous il mon sodomisé il mon pa déviergé se jur la javé mé regle dc il mon tous sodomisé ac un pe de chance je sui encor vierge mé c pa doné a tt le monde une chance de ne pa etr dévieré mé il mon kan mm féfaire d félation lé branlé é il mon sodomisé cété horible é c sur ke jmen souvindré tte ma vie ojoudui g 17 an é kan jme retrouve seule ac un mek ben jen sui malade !

TUEZ MOI SINON MSN VA DEVENIR PAYANT

Je viens de recevoir Donkey Kong Hockey (DKH) et, pour une fois, je suis totalement satisfait d'un achat.
Dernier en date de la série Micro Vs. System, quelques minutes de jeu suffisent pour être convaincu qu'il s'agit du meilleur des jeux électroniques LCD de Nintendo, même en solitaire. Oui oui.

Bien sûr le jeu n'est pas parfait. Par exemple le joueur 1 se coltine obligatoirement Mario en salopette ; pour autant, n'apparaissant sur aucun visuel – ni dans le nom du jeu, il n'en est clairement pas la star. Lointaine période où le gros moustachu n'était que le faire-valoir d'un gros singe.

Évidemment aussi, c'est un jeu de sport ignorant scénario et mise en scène, mais c'est ok : après tout, ce jeu de hockey n'est qu'un clone de Pong, amélioré qui plus est.
Ainsi la liberté de mouvement du joueur y est plus grande que dans l'original, la vitesse du palet varie et sa trajectoire n'est pas toujours rectiligne.

Les améliorations sont encore plus salutaires par rapport au Donkey Kong 3 sorti dans la même série quelques mois plus tôt, soporifique au plus haut point.
Au contraire, DKH est extrêmement dynamique, justement grâce aux changements de vitesse et de trajectoire du palet. On lui pardonne donc sans souci ses graphismes un peu moins aguichants que dans le précédent.

Aire de jeu comparée entre DKH (à gauche) et DK3 ; la liberté de mouvement est plus importante et justifie pleinement la croix multidirectionnelle – même s'il est impossible de se déplacer en diagonale.

L'objet lui-même est superbe, avec sa façade métallisée et son large écran LCD. Les manettes s'avèrent un peu petites, mais le système de rangement est si bien pensé qu'on lui pardonne tout, même le plastique un peu tranchant de la croix et la mollesse du bouton de frappe (défauts cependant communs à tous les autres Game & Watch).

"Pose du contrôleur dans l'étui. Embobiner jusqu'à la marque rouge. Emdoiter le contrôleur comme illustré." Sic.

Bref, à tous ceux qui l'oublient trop souvent, Nintendo fournit avec Donkey Kong Hockey une preuve indiscutable de sa maîtrise et de son génie.

En 1984.

J'ai pas grand chose à dire (à part que Nintendo c'est de la daube, bien sûr) alors je vous montre ma DS (oui, paradoxe tout ça). J'ai piqué le strap Keroro SHibuya à Rafchu pour accompagner mes parties sur FinDuMondeAvecOuat. Moi, j'ai le Akihabara qui est beaucoup mieux, mais moins approprié.

J'avais commandé innocemment ces figurines en promo avec No More Heroes. Dans cette situation, on ne choisit pas les modèles qui vont nous être envoyés. On ne peut pas pour autant parler de hasard, les figurines étant identifiables et le vendeur se gênant rarement pour vous refiler trois fois le même modèle (voir Game A et ses petits vaisseaux en plastique).
Je râle parce que j'aurais bien voulu la rouquine avec des petits seins (weak point warning), mais les deux modèles que j'ai reçus ne sont pas si mal non plus.