amazon bouh caca

bonsoir tout d abord je suis livreur pour colis prive et je peux vous dire que pour le premier passage en avisee en et pas payer et mise en relais en nous paye la moitier mois alors pourquoi dire des sotises livree juste et bien les c et notre objectif ok plus en livre plus en et payer et arretter de dire du mal sur les livreurs vous été parfs ait vous .les adresses erronee pas de tel ou sous la pluie

vous été q une bonne de trou du cu car c et vous qui engraisser amazon qui a le monopole sur tout .qui presse les livreurs independant en coupant les tournee a cause des clients qui raconte n inporte quoi en voyons pas leur colis arrive ou se trompe de support nous en et le derniers maillons de la chaine . mais vous etes que des petit enfants gatee

je prone moi equitabilitee pour tous ok .de ce fait colis prive et le seul operateur qui lutte contre les fonctionnaires . les postiers font 35 h pas nous madamme

Bolossage en règle dans le métro à paris

Voilà alors ce matin je rentrais en métro du foot (j'suis parisien) et pour un dimanche je trouve que y'avais pas mal de monde quand même :ok:

Comme d'hab, je me dirige vers le quai, ptit short marron celio avec haut Ralph lauren, mes rayban wayfarer avec mon iPhone et mes beatz by dre sur mes oreilles :cool:

Et donc là, le métro arrive, les portes s'ouvrent et je repère grace à mon instinct de bg une magnifique brune aux yeux verts assise sur le strapontin :bave: :cool:

Tout d'un coup le temps s'est ralenti, je ne voyais plus que ses yeux, en la fixant et machinalement j'ai marché vers elle d'un pas assuré :bave:

Manque de pot j'ai manqué la marche et je me suis étalé par terre comme un sous homme :nonnon:

Laissez tomber les réactions, tout le monde se foutait de moi dans la rame.

Une mamie disait "Oh le gamin il s'est sacrément fait mal :rire: :rire: il faut pas être très malin pour tomber de la sorte :rire: "

Y'a même un manouche qui faisait la manche qui s'est interrompu et qui m'a lancé "tiens pour la peine je te donne un pou darjen : tien 2 ouro paskila tu ma VRIMENT fi rire :rire: :rire: :rire: "

J'ai même entendu un "Jetez lui de l'acide c'est pas permis de faire ça dans le métro :rire: :rire: "

Ni une ni deux, je me suis relevé et j'ai regardé la brune pour trouver du réconfort, et elle était en train de se marrer elle aussi en me donnant le coup de grace "La prochaine fois regarde ou tu marches au lieu de me fixer :rire: :rire: ça t'apprendra gros porc :rire: " et là j'allais lui dire "non mais excuse moi" sauf que par terre y'avais une grosse flaque d'huile et j'ai reglissé sur la flaque en tombant sur mon dos, je me suis raccroché à la brune en tirant son soutif et elle était seins nus dans toute la rame :rire: :rire:

Les gens ont dit "Oh mon dieu" ! :rire: et moi j'étais confus, la mamie elle a dit "comme quoi tout le monde se fait bolosser aujourd'hui :rire: " et des gros pervers sortaient des "beaux seins la nana là bas !!" puis elle a reglissé sur la flaque elle aussi et elle est retombée sur moi tête contre tête :rire:

Là elle m'a dis "je ne m'étais jamais senti aussi proche d'un homme, fais moi l'amour tout de suite" :oui:

C'est ce que je fis, la mamie se doigtait :ouch: j'avais jamais vu ça et des mecs dans la rame s'étaient mis autour de nous en criant "ON SE M+Z LES MECS QUI VEUT DU PANACHAY" :ouch: :ouch:

Tout le monde se masturbait dans la rame c'était n'importe quoi :rire:

Et là on est arrivé à la prochaine station et elle était bondée de monde.

Je vous dis pas la tête des gens qui ont vu arriver le metro et la "rame-orgie" sur le quai :rire: :rire:

Prière à Dieu

      Ce n’est donc plus aux hommes que je m’adresse ; c’est à toi, Dieu de tous les êtres, de tous les mondes et de tous les temps : s’il est permis à de faibles créatures perdues dans l’immensité, et imperceptibles au reste de l’univers, d’oser te demander quelque chose, à toi qui a tout donné, à toi dont les décrets sont immuables comme éternels, daigne regarder en pitié les erreurs attachées à notre nature ; que ces erreurs ne fassent point nos calamités. Tu ne nous as point donné un cœur pour nous haïr, et des mains pour nous égorger ; fais que nous nous aidions mutuellement à supporter le fardeau d’une vie pénible et passagère ; que les petites différences entre les vêtements qui couvrent nos débiles corps, entre tous nos langages insuffisants, entre tous nos usages ridicules, entre toutes nos lois imparfaites, entre toutes nos opinions insensées, entre toutes nos conditions si disproportionnées à nos yeux, et si égales devant toi ; que toutes ces petites nuances qui distinguent les atomes appelés hommes ne soient pas des signaux de haine et de persécution ; que ceux qui allument des cierges en plein midi pour te célébrer supporte ceux qui se contentent de la lumière de ton soleil ; que ceux qui couvrent leur robe d’une toile blanche pour dire qu’il faut t’aimer ne détestent pas ceux qui disent la même chose sous un manteau de laine noire ; qu’il soit égal de t’adorer dans un jargon formé d’une ancienne langue, ou dans un jargon plus nouveau ; que ceux dont l’habit est teint en rouge ou en violet, qui dominent sur une petite parcelle d’un petit tas de boue de ce monde, et qui possèdent quelques fragments arrondis d’un certain métal, jouissent sans orgueil de ce qu’ils appellent grandeur et richesse, et que les autres les voient sans envie : car tu sais qu’il n’y a dans ces vanités ni envier, ni de quoi s’enorgueillir.

      Puissent tous les hommes se souvenir qu’ils sont frères ! Qu’ils aient en horreur la tyrannie exercée sur les âmes, comme ils ont en exécration le brigandage qui ravit par la force le fruit du travail et de l’industrie paisible ! Si les fléaux de la guerre sont inévitables, ne nous haïssons pas, ne nous déchirons pas les uns les autres dans le sein de la paix, et employons l’instant de notre existence à bénir également en mille langages divers, depuis Siam jusqu'à la Californie, ta bonté qui nous a donné cet instant.

Caca Digest

Bonjour
j'ai un groupe d'amis depuis quelques années déjà.
Mais depuis 1an ,nos relations se dégradent et deviennent de plus en plus occasionnelles .De nouvelles personnes avec des habitudes "IN" ont débarqués dans leurs groupes et je me sens rejeter sans trop comprendre leurs delires , soirées "privées" et autres private joke ...

j'ai appris il y a 1 mois qu'ils prenaient de la cocaïne !
une amie m'a avoué les avoir vu avec leurs lignes. fou:{}

ils ne sortent qu'entre eux , ne rigolent qu'entre eux , et garde ce secret entre eux !! en créant une sorte de caste
QUE FAIRE? c’était des amis, maintenant j'ai l'impression de croiser des inconnus

bizarrement, rien ne s'est jamais fait sous mes yeux car il redoute ma réaction (... très violente )
comment faire pour les faire sortir de cette saloperie , sans finir en prison pour moi avec un homicide avec actes de barbarie non:{}

aidez moi SVP

 

- - - - -  -

Je n’ai jamais été un gars très populaire, mais je n’ai jamais eu de difficulté socialement. De toute façon, quand on est jeune, on ne se questionne pas sur notre réputation ou sur nos amis tant qu’on n’est pas vraiment intimidé. Pour ma part, je n’ai jamais été intimidé, j'avais de bons amis, nous étions un peu différents des autres, mais putain ce qu'on s'amusait. J’avais aussi du succès avec les filles, aaahh c’était le bon temps. J'avais une place de meneur au sein de mon groupe, on faisait ce que je voulais, ce que je disais, j'étais même une référence, plusieurs aimaient me copier.

Puis à l'arrivée au collège, je me suis fait quelques potes instinctivement. On n’était pas des mecs populaires, même qu'un de mes potes faisait rire de sa gueule, même nous on riait un peu de lui avec les autres, mais rien de bien méchant. Je me suis fait traiter de tapette 1 ou 2 fois comme tout le monde, je l’ai fait aussi. Je ne me suis jamais questionné encore sur le fait d'avoir des amis ou pas, j'en avais.

Je n'ai jamais fait l'unanimité, j'étais très exubérant, très hyperactif, mais je m'en foutais. Ce que les gens pensaient de moi me passait 21213 pieds par dessus la tête.

Puis vers 16-17 ans j'ai commencé à parler à plus de monde, mais étrangement à avoir moins d'amis. En fait, je m'étais pris la tête avec 2 bons amis ce qui avait divisé notre groupe. Oui, j'étais ce genre de mec avec un caractère de merde qui causait des conflits. J'étais chiant, mais tu savais que si tu arrivais à faire fi de mes défauts, tu aurais un plaisir de fou avec moi. C'est aussi à cette époque que j'ai commencé à fumer beaucoup de cannabis. Nous n'étions que 2-3 à toujours fumer et rien foutre en voiture. À l'école, avec mes potes que j'avais rencontrés quand j'avais 12-13 ans, nous étions considérés comme les "drogués" de l'école. Par contre on parlait à tout le monde et on allait dans les soirées, les gens nous aimaient bien.

On allait tellement dans les soirées qu'à 17-18 ans j'ai atteint vraiment le top de ma vie sociale. J'avais une grosse bande, il y avait des filles, je baisais, je m'étais réconcilié avec mes meilleurs potes. Tout roulait. J'avais quelque chose à faire chaque soir. J'en avais rien à foutre des études, et avec raison.

everything that shine ain't always gold

Ça ne pouvait pas durer. La chute allait s'amorcer. Déjà un de mes bons amis venait de se mettre en couple, il est disparu peu après. Mon comportement sous alcool allait commencer à me causer des torts également. Pour vous expliquer rapidement mes 3-4 amis et moi s’étions fait potes avec 6-7 personnes d'un même groupe.

Alors qu'on était en soirée et que tout roulait, j'ai irrité un le « leader » de l'autre groupe. Je l'ai poussé pour rire, il m'a dit d'arrêter, je l'ai chauffé et on s'est pris la tête. Il a voulu régler ça en parlant à l'extérieur mais moi j'avais trop envie de lui éclater la tête, je suis très impulsif, surtout quand je lève trop le coude. Ma copine (oui j'avais une copine à l'époque, tout roulait je vous rappelle) son amie et mon bon pote ont réussi à me convaincre de lâcher l'affaire. Ce que j'ai fait.

Je vous épargne les détails, mais j'avais vraiment foutu la merde à l'intérieur, les gens étaient furieux contre moi pour la plupart.

Une autre soirée a été organisée le lendemain, j'étais invité par le mec avec qui je m'étais pris la tête. Il voulait qu'on règle ça autour d'un bon verre. Première décision qui changea le cours de ma vie, j'ai dit non. J'avais entendu dire que quelques personnes avaient parlé dans mon dos, surement rien de bien méchant, mais je ne voulais plus voir personne. J'aurais pu laisser mon orgueil de côté, ce que je n'ai pas fait.

Le groupe se divise. Je me retrouve qu’avec mes 2-3 amis, nous en avions perdu quelques-uns en chemin, un en couple, un autre déménagé à l’extérieur.

J’ai commencé à sentir que j’avais plus beaucoup d’amis, ouais c’est à ce moment que j’ai commencé à le sentir. Par contre je ne suis pas moche physiquement et je m’habille bien alors j’attirais quelques nouvelles fréquentations même si mentalement j’étais un peu dysfonctionnel.

Bon on se situe où ? J’ai maintenant 19 ans, presque tous mes potes sont partis faire leurs études à l’extérieur. Il me reste qu’un ami que je vois toujours et les autres viennent que les week-ends. Je fumais plus que jamais et je n’étais plus trop moi-même.

Je fréquentais séparément de temps à autre deux groupes de potes que j’avais rencontrés je sais plus trop comment. Dans chacune des bandes il y avait des mecs que j’avais connus au lycée, mais avec qui je ne parlais pas plus qu’il faut.

Putain mon texte est long j’accélère le rythme.

Le cannabis et l’alcool m’ont rendu parano complètement. En plus mes nouveaux amis n’étaient pas de vrais amis, j’avais pas trop confiance et je devenais encore plus parano. Un jour alors qu’on fumait j’ai pété une crise, j’ai lâché. J’avais l’impression que les gens riaient de ma gueule, je transformais tout ce que les gens disaient quand j’étais défoncé, ça ne fonctionnait plus. J’ai commencé à tout enlever mes photos de moi sur facebook, à mettre mes trucs privés, etc. J’ai arrêté de fumer mais ça ne m’a pas empêché de m’isoler. De toute façon j’étais devenu parano à plein temps, même avec les gens avec qui j’avais confiance.

J’ai commencé la fac, je ne fréquentais plus que mes bons amis, toujours ceux que j’avais rencontrés étant tout jeune – mois quelques pertes en chemin. La chute était déjà assez longue, mais j’avais un répits. J’étais en appartement dans une autre ville avec un ami, sa copine et un autre meuf, les choses allaient correctement. En fait avec du recul j’aurais voulu qu’elles soient toujours comme ça. Je mettais toute mon énergie dans mes études, plus rien d’autre ne comptait.

J’ai remplacé le cannabis par l’alcool, mais je buvais toujours comme un gros con alors peu à peu même mes bons potes en avaient marre de moi. Un me méprisait clairement alors j’ai arrêté de prendre contact avec lui. J’ai fait un petit coup de pute à un autre alors il m’a supprimé de son FB et ne m’a plus parlé, etc. Je crois que mon comportement sous alcool était clairement le signe de quelqu’un en détresse, même aujourd’hui c’est la même chose.

Il ne me restait que mon ami d’enfance et un très bon ami du lycée qui a déménagé et qui ne me parle pas très souvent. Cet été, au début des vacances, j’ai trop bu et j’ai dis des choses que je n’aurais pas du dire.

Okay alors on fait une recap ? J’ai perdu tout le monde, carrément tout le monde. J’habite seul et je suis à la fac. Mes potes de fac (j’en ai pas beaucoup) me soupçonnent d’être un sans amis depuis longtemps à cause de ma façon d’être, mais depuis 6 mois c’est maintenant vrai.

Le seul ami que je fréquente c’est un connard d’ami d’enfance qui consomme toujours, qui n’a pas le bac et que j’appelle seulement pour ne pas être seul. Nous sommes des bouche-trous respectifs on peut dire.

Aujourd’hui j’ai vécu cette situation :
http://www.jeuxvideo.com/forums/1-51-51390880-1-0-1-0-j-ai-ete-humilie.htm

J’ai déjà été au sommet. Aujourd’hui je suis le pire cassos. Ce qui fait mal ce n’est pas la chute...

 

- - - - -

17h22 Bonjour, je devais partir 2 semaines en Corse du 12 au 26 septembre 2009. Je suis amateur de photographie et j'avais envie de revenir avec de beaux clichés des plages situées entre Porto Vecchio et Bonifaccio, en passant par les Iles Lavezzi, les aiguilles de Bavella et une ou deux gorges (Restonica et vacca par exemple). Je suis arrivé le samedi 12 et suis reparti le jeudi 17, j'ai donc passé 4 jours au lieu des 15 prévus, tellement il m'était plus supportable de rester sur cette île.

Le premier jour, je suis allé au marché à Porto-Vecchio pour acheter des produits Corses, car j'adore acheter et goûter des produits locaux et je ne fait pas partie des touristes qui prennent avec eux toute leur nourriture. Outre les prix exorbitants (9 euros 60 pour 6 tranches de viande séchée avec plus de gras qu'autre chose) qui sont tout à fait normaux vu la région qui est très touristique, les marchands corses (ceux qui ont bien voulu me répondre ou me parler, pas comme certains qui restent les bras croisés en regardant au loin d'un air niais et qui n'ont pas compris que sans les touristes, ses fromages de bique ne se vendraient pas) m'ont demandé plus que ce qui était écrit. Par exemple pour un pot de miel de maquis de printemps qui était affiché à 4.50 euros, la fille m'a demandé 5 euros (que je ne lui ai pas donné). Je ne chie pas pour 50 centimes, mais c'est juste le fait d'arnaquer ouvertement les gens qui me dégoute. Bref ceci était le premier jour et tout allait bien, malgré cette tentative d'arnaque et cet esprit mesquin et voleur que j'ai pu découvrir. Et ne me dites pas que ces gens ne viennent pas de l'intérieur de la corse, car ce producteur venait bel et bien de l'intérieur des terres corses. Un vrai corse.

Le deuxième jour, après une accalmie de pluie vers 17h00, nous allons nous promener sur la plage de palombaggia, pas une voiture sur le "parking" (une place de terre). Petite précision, je suis un bon marcheur et j'évite de prendre la voiture, mais là pas un seul sentier d'accès à la plage, les piétons marchent sur la route et doivent passer par les routes qui mènent aux nombreux bars de plage pour accéder à la plage, donc pas le choix de prendre la voiture. On se gare, on marche un peu, et en arrivant sur la plage, un Corse sort de son bar-resto et me demande si je suis venu en voiture. Je lui réponds oui (je suis honnête) il me dit:"c'est 3.50 euros, sauf si vous venez dans mon bar boire un verre". Je lui dit que je ne veux pas boire un verre mais juste marcher 5 minutes sur la plage pour faire des photos et repartir. Je n'allais pas m'étendre sur la plage, il faisait couvert et il était 17h00. Le pauvre type change de ton et me dit agressivement :"soit tu prends ta photo ici et tu pars tout de suite après, soit tu vas sur la plage prendre ta photo et c'est 3 euros 50". J'ai donc du dégager car je ne voulais pas payer 3.50 pour 10 minutes sur cette putain de plage publique (Palombaggia). Et je n'allais surtout pas donner 3euro50 à cet abruti qui allait se les mettre dans la poche. Il n'y a pas d'horodateur en corse, sans doute parce que les locaux s'en serviraient comme des tirelires si ils en mettaient...

Le 3 ème jour, ça a été vraiment le top du top. Je rentre vers 17h00 de Tamariccio et de Santa Giulia en voiture, voilà qu'arrive en face de moi un immense abruti qui était au milieu de la route en plein virage en train de faire la course avec son ami abruti. Deux gros 4x4 complètement cabossé tellement ils doivent bien conduire. Je dois freiner d'un coup sec et serrer à fond sur le coté pour ne pas le toucher. Ayant entendu des rumeurs sur les corses, je n'insulte personne et je reste calme, je dis juste "putain" dans le sens "ca fait chier j'ai faillit faire un choc frontal et mourir", donc vraiment rien d'agressif. Le pauvre type s'arrête 20 mètres derrière, commence à hurler, met sa marche arrière et la fait fumer sur 20 mètres pour me rattraper, j'étais toujours arrêté sur le côté. Le gars me dit en hurlant:" "putain" tu le dis à ta femme ou à ta famille, ici on n'est pas en France, on n'est pas en Suisse, on est en Corse". Le gars a serré son poids et la mis en face de moi pour bien montrer qu'il était prêt à frapper. Je lui ai dit que c'était ok, pis il est parti. Je n'ai pas pris le risque de sortir de la voiture (malgré le fait que je fasse 1m92 pour 95 kilos et que je suis amateur de sports de combats) car j'imagine très jusqu'où ils peuvent aller après ce genre de rixe (brulage de voiture, couteau, etc, on en entend assez suffisamment au journal de 20 heures pour s'imaginer de quoi ils sont capables).

Après ce 3 ème jour, je me suis dit que j'allais arrêter de persister, j'ai appelé Corsica Ferries pour changer la date de mon bateau de retour et je suis parti.

J'ai payé 1700 euros de location pour les 2 semaines. En ajoutant les produits régionaux, l'essence et les produits de première nécessité (pates, légumes, etc). J'ai dépensé 1900 euros en tout, donc j'ai participé à la prospérité de l'île, j'ai rien jeté par terre, j'ai juste pris des photos, j'ai essayé d'être curieux, de comprendre l'île, etc, mais rien n'y a fait.

La seule personne qui a été sympa est le patron des résidences de vacances, mais c'est sûrement parce que je lui avait donné 1700 euros pour la location.

Sinon je suis tombé que sur des cons. Et statistiquement, sur 2 semaines, c'est clair qu'il est possible de tomber sur 1 ou 2 personnes un peu déplacées dans tous les pays, mais une telle concentration en seulement 3 jours, ça veut vraiment dire qu'il y en a une majorité sur cette île. J'avais entendu des rumeurs sur les Corses, mais je n'y croyais pas, je voulais passer outre et aller me faire plaisir (moi qui suis habitué à la Côte d'Azur), mais les gens avaient raison, il faut vraiment éviter tout contact avec cette île.

Et à part ça, les plages ne sont pas plus belles que sur la cote d'azur (je parle des plages naturelles du lavandou par exemple, pas des plages au milieu des villes à Nice), par contre il y a beaucoup plus de décharges publiques à ciel ouvert en Corse. Et on m'a dit que j'allais voir plein de porcs sauvages, ben y en avait plein au volant des 4x4 immatriculées 2A et 2B.

Ca m'embête de dire ça, mais il fallait vraiment le dire, parce que c'est vraiment pas normal de traiter les gens pareillement. J'ai visité plein de pays dans tous les continents, ben je ne pensais pas que c'était sur cette île que j'allais trouver des choses pareilles. L'île est pourtant à seulement 4 heures de bateau de la civilisation, mais rien n'y fait.

 

Un blog qui VOUS ressemble

tarteflure.com