Mon histoire: Diffamation extrême

Je suis une femme de 57 ans, professionnelle et mère de deux enfants que j’adore. J’ai un handicap résultant de l’exérèse d’une tumeur au cervelet qui limite beaucoup mes capacités de travail à cause, entre autre, d’une mobilité réduite et de l’ataxie qui me cause une intolérance à l’effort « soutenu ». Durant toute ma vie, j’ai subit beaucoup de mesquineries, de méfaits, de pertes ainsi que du harcèlement sous toutes ses formes. Pourquoi? Parce que je suis ciblée depuis ma naissance. J’ai vécu toute ma vie dans un système qui se nomme le « Harcèlement en réseau » (en anglais: « Organized Stalking » ce, depuis le tout début. Mais cela, je ne le savais pas jusqu’à tout récemment.

Selon mes sources, il y a très longtemps, alors que mon père était encore jeune et qu’il commençait dans les métiers de la construction en travaillant à son propre compte, des gens lui en voulait déjà. Son talent et sa réussite en travaillant à son propre compte à construire des maisons dès l’âge de 18 ans, ont dû en rendre certains très jaloux et envieux. Était-ce le milieu corrompu de la construction qui avait peur que ses revenus en soient affectés? Ou bien était-ce le fait d’être métis ou né avec une hérédité de «Sang-mêlé» entre les Européens et la nation Cri qui irritait certains dits «Sang-purs», ou bien les deux? Quoi qu’il en soit, les personnes en question lui en voulait tellement au point de vouloir le détruire complètement, lui et tout ce qu’il aimait y compris ses descendants. La vengeance de ces mythomanes étant aveugle et leur rage complètement sourde, mon père est devenu l’une de ces victimes innocentes ciblées condamnées à vivre dans le « Gang Stalking » ou « Organized Stalking ».

Film d’animation : « La légende des gardiens » à propos de la volonté de contrôle des « Sang-purs » sur les autres.

 

Dans le milieu de la construction au Québec, la corruption et la collusion sont bien connus. Et, ceux qui ont peur de voir leurs revenus affectés d’une quelconque façon, n’ont aucune hésitation à tout faire pour détruire ceux qui les dérangent. Pour ce faire, ils les jettent, eux et leur famille, dans la fosse aux lions du « Gang Stalking », du « Mind Control » et du harcèlement électronique pouvant aller jusqu’à la torture. Ce système de harcèlement global perpétré par plusieurs individus en même temps impliquant même l’entourage de l’individu ciblé n’est pas sans rappeler celui de la Stasi Allemande. Et, cela dure parfois toute la vie de ces innocents. On constitue sur eux des dossiers truffés de mensonges et de faux-semblants qui leur servent d’arguments d’autorité pour convaincre les autres de leur culpabilité ceci, afin de les ostraciser. Ce type de harcèlement dure parfois toute la vie. Et, ma mère en fréquentant mon père en a été frappée, elle aussi, tout comme chacun de nous, leurs enfants et ce, sans que nul ne le sache. Cependant, elle devait déjà en être frappée parce qu’elle était une pieuse chrétienne qui provient d’une famille dite de « Robes noires », des hommes et des femmes qui avaient la vocation religieuse.

Le Gang Stalking : Action citoyenne ou crime haineux érigé en système ?

 

Dans le Gang Stalking, on sait que l’intimidation aussi bien que les pires délits, notamment le Mind Control et la torture électronique, sont commis par le crime organisé. Il va sans dire que chaque culture possède son propre modèle de « crime organisé » bien à lui. Et, il ne faut pas négliger non plus, les membres du crime organisé parmi les autochtones qui exercent aussi un contrôle dans leurs communautés.

Les Hells avaient une forteresse à Kanawake :

 

Le Gang Stalking ou Organized Stalking est un crime haineux érigé en système et non une action sociale citoyenne. Et, c’est le crime organisé qui l’utilise principalement pour détruire ceux qui les dérangent ainsi que leurs familles. Et, sûrement à cause de cela, alors que je n’avais que 11 ans, notre famille a éclaté. Ma mère s’est retrouvée seule pour élever 6 enfants alors que le plus vieux n’avait que 12 ans. Elle a dû faire face à tous les préjugés, la pauvreté, le rejet de l’église et d’innombrables problèmes à résoudre. Et moi, étant la deuxième enfant et parmi les plus âgés, je me suis occupée des 2 plus jeunes jusqu’à ma majorité en plus de travailler en même temps que l’école secondaire pour aider à subvenir à mes besoins. Je n’ai donc pas pu sortir beaucoup.

Suite au divorce de mes parents, nous n’avons pas beaucoup connu mon père, ni sa famille d’ailleurs. Si nous avions vécu très modestement avec lui malgré sa réussite professionnelle, par la suite nous avons vécu très pauvrement, contrairement à ce que tous pensaient. De plus, nous n’avions aucun soutien de la famille car presque tous les liens avaient été coupés avec notre père , la parenté et nos amis. Car, mon père ayant été sûrement mystifié au sujet de ma mère et de nous par des gens mal intentionnés, il leur avait interdit, directement ou indirectement, d’être en contact avec nous sous peine de représailles. Et, nos origines autochtones, quant à elles, sont passées presque inaperçues.

Et, malheureusement, la proximité de la famille proche s’est détériorée aussi, de plus en plus. La famille demeure encore aujourd’hui très divisée. Et, chacun vit ses incessantes souffrances inutiles chacun de son côté. Et, ma mère qui était âgée et malade a été humiliée, discréditée et harcelée jusque sur son lit de mort, en 2014. Elle a beaucoup souffert de tout cela toute sa vie durant. Pourtant mon père n’est plus depuis plusieurs années déjà. En 2003, il est décédé d’une mort suspecte après avoir été ruiné par des escrocs quelques années auparavant. Cela est passé dans le journal de Montréal. Depuis ce temps, les problèmes de chacun des membres de ma famille ont augmenté. Et, les miens, sont devenus gigantesques. Cependant, je connais maintenant la raison principale faisant que notre vie a toujours été parsemée d’innombrables embûches. Mais, étant donné la division qui prévaut entre nous et le manque de communication qui en résulte, tous n’ont malheureusement pas conscience de l’ensemble de la situation même si certains ont compris que notre nom de famille, « Quenneville », posait problème. Diviser pour mieux régner semble être la devise de ceux qui nous en veulent. Et, comme par hasard, on se retrouve presque tous avec un ou plusieurs handicaps résultant d’une quantité impressionnante d’étranges accidents ou maladies qui ralentissent ou coupent court à nos possibilités de travail.

Ainsi, je fus donc moi aussi ciblée. Et ce, bien avant même ma naissance. D’une part, parce que j’étais la première fille et un fruit de l’amour, et d’autre part parce que j’étais une descendante de cette famille. Le fait que je suis de sexe féminin augmente simplement le harcèlement subit parce que les bourreaux de ce système ajoutent la misogynie à tous les autres motifs de haine.

Lorsque ma mère me portait dans son ventre, on voulait déjà me détruire. Elle m’a raconté qu’on avait tenté plusieurs fois de la faire avorter. De plus, elle devait cacher son ventre de femme enceinte lorsqu’elle me portait cela, sans savoir pourquoi. Elle savait seulement qu’il ne fallait pas que l’on sache qu’elle était enceinte de moi. Dès ma naissance, ces dépravés avaient décidé de m’en faire voir de toutes les couleurs. Le mensonge étant à la base du Gang Stalking, divers propos diffamatoires avaient été répandus à mon sujet, dès lors. En venant au monde, alors que je n’étais qu’un bébé, on m’avait déjà dénigré dans tout mon entourage et collé l’étiquette de « nymphomane ». Et moi, dans mon innocence, je ne savais rien de tout cela. Je ne comprends d’ailleurs pas comment on a pu ainsi vouloir détruire la vie d’un innocent bébé. Bref !

Puis, j’ai appris que plus tard qu’on me collait aussi l’étiquette de ces délinquants sexuels que tous détestent. Ces personnes avaient sans doute cru à ces fausses rumeurs de « nymphomane » pour y ajouter d’autres faussetés de leur propre cru. Cela m’avait complètement jetée par terre lorsque je l’ai su. Car moi, je ne savais absolument rien de tout cela. Personne ne m’avait jamais rien dit non plus, avant 2010. Et, cette révélation a contribué à m’éclairer sur les comportements déplaisants de beaucoup de personnes à mon égard. Mais, de savoir qu’on m’a toujours prise pour ce que je ne suis pas m’a tout de même obligé à faire une relecture pénible de toute ma vie.

Je me suis alors souvenue qu’un prêtre que j’avais connu étant jeune et que j’habitais une communauté de base catholique, avait eu des comportements assez hostiles à mon égard sans raison. De plus, il avait ensuite raconté je ne sais quoi à je ne sais qui sur mon compte. Je ne le jugeais pas pour autant. Mais, j’en avais eu vent. C’était un ami que j’affectionnais beaucoup à l’époque qui avait été pris d’un mal de fierté de jeunesse et que, pour cette raison, avait raconté des mensonges à mon sujet. Mais, regrettant son geste, il m’avait avoué ce qu’il avait fait. Je pense qu’il devait avoir entendu des propos diffamatoires à mon sujet et voulait épater la galerie. Il avait donc menti à ce prêtre qui lui, s’était empressé de faire courir des fausses rumeurs à mon sujet tout en me dénigrant. C’est pourquoi j’étais allée immédiatement le voir dans son presbytère pour rétablir les faits. Mais, ce qu’il m’avait dit à ce moment-là était assez vulgaire. Je n’ai rien dit tellement j’étais abasourdie et gênée. Je lui ai seulement demandé d’arrêter de dire les choses qu’il disait sans toutefois connaître la teneur des propos qu’il avait raconté. J’étais jeune et naïve et ne savais pas comment me défendre. Je n’avais pas, non plus, l’habitude d’entendre un langage aussi vulgaire, encore moins de la part d’un prêtre. D’ailleurs, je ne comprenais pas non plus pourquoi il me parlait de cette manière. Mais, après lui avoir parlé, je croyais qu’il avait compris son erreur. Et, pour m’expliquer ses comportements hostiles, je me disais que c’était sûrement le fait d’un préjugé, de la jalousie ou bien de la possessivité de sa part envers ses protégés. Car, il se faisait aisément le malin protecteur de plusieurs jeunes hommes. J’ai pensé cela à cause de l’hostilité qu’il avait fait preuve dans le passé envers moi sans aucune raison et de la vulgarité de ses propos qui, de toute évidence, semblaient être le résultat d’une fabulation très malsaine.

Pourtant, les années ont passé et il semble bien que des mauvaises langues s’en soient données à cœur joie sur mon compte en y rajoutant, pour qui veut l’entendre, toutes sortes de faussetés à mon sujet. Ainsi, les esprits pervers se sont réveillés et échauffés tandis que les puritains se sont offusqués de ce qu’ils avaient entendu. Pour d’autres, ils en ont profité pour nourrir leur jalousie, leur envie et déverser leur haine sur moi en me prenant comme bouc émissaire et, ainsi de suite. Cela a parcouru des chemins à la fois communs et inédits et s’est répandu comme une traînée de poudre. Mais, d’où tout cela provenait-il? Je ne le savais pas. Et, les propos, encore moins. Je ne pouvais seulement voir ou entendre les réactions hostiles ou perverses de ces gens. Car, personne n’a jamais osé me dire en face ce qu’on leur avait raconté à mon sujet. J’étais jugée, accusée et maltraitée, sans savoir pourquoi.

Mais, avec ce que j’ai découvert aujourd’hui, il semble bien que la cause de tout cela soit le Gang Stalking. Donc, j’ai été méprisée, maltraitée et exploitée par beaucoup de monde toute ma vie et ce, dans tous les domaines. J’ai roulé sur mon chemin avec de constants bâtons dans les roues, et bien plus qu’à mon tour. J’ai aussi vécu du harcèlement et des humiliations de toutes sortes par différentes personnes sans jamais savoir pourquoi, non plus. De plus, les gangs motorisés ou non ont toujours rôdé autour de moi ou de ma famille. Presque toute ma vie, ils se sont posés constamment en obstacle sur ma route. Mais, étant une personne positive et combative, même si j’avais des problèmes de santé, j’ai poursuivi tout simplement mon chemin. Et, j’ai tenté de transformer mes défis en victoire le mieux possible. C’était une question de survie.

Mais, avec les années, de plus en plus de gens commençaient à se comporter étrangement avec moi, ou bien ils étaient hostiles sans raison. Et, la plupart du temps, leurs agissements avaient une connotation sexuelle très désagréable. Aussi, depuis que j’habite ce quartier, les membres d’un gang du coin m’avaient harcelé, incessamment, de différentes manières tout en cherchant à m’intimider. C’est justement à cause de cela que j’ai découvert que je vivais du Gang Stalking. Car, ayant effectué une recherche à propos des gangs, je suis tombée sur ces mots: Gang Stalking, Organized Stalking, Mind Control, Electronic harassment, etc. Et, j’ai découvert que j’avais toujours vécu ce qu’on décrivait à propos de ces systèmes.

Néanmoins, il y a un peu plus de 5 ans, quelques années après la mort de mon père, le harcèlement et l’intimidation ont pris des proportions qui dépassent l’entendement. Et, ce gang qui me harcelait a fini par se fondre avec la communauté pour me harceler en réseau, incités par des groupes vigilants tels que « Justice vigilante » ou « True Justice ». Et bien sûr, ils ont été fortement encouragés par le crime organisé qui en profite pour faire rouler sa business. C’est une bonne façon de se camoufler. Mais, cela arriva après qu’un voisin eut filmé mon balcon (sans personne sur celui-ci) pendant une dizaine de mois et qu’il soit déménagé peu de temps après. D’ailleurs, on pouvait voir de temps en temps des jeunes membres d’un gang du coin, entrer ou sortir de cet endroit.

À ce moment-là, j’ai commencé à observer chez moi de plus en plus les symptômes de harcèlement électronique, aussi. J’ai continué à vivre toutes sortes de pertes mais à un degré beaucoup plus élevé: projets bloqués, relations tournant au vinaigre sans raison, santé détériorée, méfaits divers, vols d’identité, vols de toutes sortes, théâtre de rue, agressions, surveillance 24/24- 7/7, etc. J’ai perdu presque tous mes amis, les uns après les autres. Et, la plupart sont rentrés dans le moule des faux amis commandé par le Gang Stalking.

Cependant, j’ai remarqué qu’un homme, un ancien voisin d’enfance, du temps où j’habitais la campagne à Saint-Charles-sur-le-Richelieu, rôdait dans mon quartier actuel. Lorsqu’il était pubertaire, il se tenait avec un petit métis Mohawk de mon âge. Je me rappelle, vaguement, qu’un jour il avait organisé une sorte de mariage de sang entre lui et moi. Et, celui-ci semble toujours, aujourd’hui, être son fidèle compagnon. Je l’ai vu, lui aussi, rôder près de chez moi. Durant toute ma vie, chaque fois que je l’ai vu dans mon environnement, des propos diffamatoires circulaient à mon propos et je subissais toutes sortes de méfaits et d’accidents. Et, cela dure, depuis mon enfance. Il m’avait déjà dit faire partie des Hells Angels. Mais, son acolyte, lui, doit certainement se cacher des Sang-purs en demeurant toujours avec lui à faire ce qu’il fait. Ils sont inséparables depuis leur enfance.

De toute manière, dès l’enfance, ce voisin avait déjà des problèmes de comportement. Il était très jaloux, envieux et était rempli de haine. Il volait ou brisait mes jouets dès que je les recevais. Il était souvent à l’origine de séances de maltraitance à mon égard qui étaient réalisées par d’autres enfants. Lui avait fait la mise en scène. Lorsque nous étions enfants, ce voisin volait mes jouets ou les brisait dès que je les recevais. Il s’était même arrangé, lorsque j’avais 6 ans, pour que je fasse une chute extrêmement douloureuse en ski nautique. Cela avait été, mon premier et mon dernier essai en ski nautique, tellement j’avais eu mal. Et, lorsque je lui avais confié à quel point j’avais souffert, il était resté impassible. Et, puis bien d’autres incidents se sont produits dan ma vie, qui semblent toujours avoir été orchestrés par lui.

Plus, tard, il est venu vivre, sous un faux nom, au même foyer de groupe où je travaillais bénévolement, lorsque j’avais 18 ans, comme membre de cette communauté de base. Je ne l’avais pas reconnu sur le coup parce qu’il s’était présenté sous une fausse identité. Mais, je reconnaissais quelque chose de lui. Et, à cause de son comportement étrange et de ses propos incohérents, je savais que cet homme avait des problèmes psychologiques et faisait partie de notre clientèle psychiatrique. Au moment où il habitait avec nous, j’ai subi plusieurs accidents dont la coupure d’un doigt que lui s’était empressé de verser de l’alcool pur dessus me disant que c’était ce qu’il fallait faire. C’était extrêmement douloureux. Puis, j’ai vécu une explosion de poêle à gaz qui me causa des brûlures graves. Puis, plusieurs autres autres incidents se sont produits alors qu’il était là. Et, pendant qu’il était là aussi, une campagne de salissage de ma réputation avait circulé sans que je sache d’où cela venait à l’époque. De plus, pendant mon séjour, alors que je n’avais que 19 ans, quelqu’un m’a fait prendre en photo pendant que je prenais sa douche. Cela avait été fait par des jeunes délinquants qui habitaient-là. Je n’en avais rien su jusqu’à ce que, beaucoup d’années plus tard, un ancien membre m’avoua qu’il avait surpris des adolescents grimpés pour me regarder prendre sa douche. Il m’a dit qu’ils s’étaient bien amusés et qu’il les avait fait débarquer de là. Mais, je ne savais pas qu’ils avaient des caméras avec eux. Plus tard, quelqu’un m’a dit que la photo prise de moi à cette occasion s’était retrouvée dans tous les bunkers des Hells sans qu’ils sachent l’origine de celle-ci parce qu’après avoir trafiqué cette photo, on leur avait fait croire que je me donnais en spectacle de danseuse nue, ainsi. Maintenant, je sais que ce voisin d’enfance qui rôde toujours dans mon environnement était lié à toutes ces saletés et qu’il l’est encore.

Puis, vers 2009, j’ai entendu pour la première fois qu’on m’appelait avec le pseudonyme «Nymphomane-pédpphile». Je n’en revenais pas. J’avais du mal à y croire moi-même et à prendre cela au sérieux. Je savais bien que c’était impossible qu’une femme soit pédophile, que cela ne tenait pas debout. Les deux ensembles, c’est encore pire. Cela tient certainement d’un fantasme masculin ou de l’ignorance d’un homme.

Mais, le pire dans tout ça, c’est les gens se comportent, eux, de façon vraiment perverse avec moi. Et, de plus en plus de gens, sans toutefois ne rien me dire, se comportent étrangement. En analysant mon blogue ces dernières années, j’ai détecté l’utilisation de mots-clés de recherche sur Google qui associaient mon nom avec le mot «exhibitionniste». Je n’en revenais pas, non plus. Je sais que la diffamation peut prendre différentes formes et couleurs, mais ça, ça me dépassait vraiment.

Mais, à voir les gens réagir à ma présence, j’ai vu qu’ils semblaient vraiment croire à quelque chose de pervers qu’ils associaient à moi. C’est ainsi que j’ai compris que des personnes vraiment mal intentionnées avaient décidé d’exploiter ces fausses rumeurs et d’en créer d’autres. Était-ce encore cet homme malade ou pervers qui m’avait pris en grippe depuis mon enfance ou en était-ce d’autres qui, probablement de leur propre cru, avaient inventé un personnage qui illustrait bien leurs propres fantasmes à partir de ces fausses rumeurs qui circulaient à mon sujet ? Cela bien sûr, en me faisant passer pour celui-ci grâce à des truquages de photos et vidéos réalisés au moyen de technologies de pointe. C’est si facile aujourd’hui. N’importe qui peut modifier ou animer des images gratuitement sur internet. Ensuite, ces productions se sont sans doute retrouvées partout sur le net. C’est sans doute ce qui est arrivé car quelqu’un qui semblait associé aux Hells a fait référence à Facebook en me pointant lorsque j’étais dans la salle d’attente d’une clinique. Mais, moi, après avoir cherché, je n’ai rien trouvé à mon nom. Que pouvais-je en dire? Je sais que les blocages informatiques sont faciles à réaliser pour qui a accès aux logiciels du crime organisé. Et, je me sais victime de ce type de blocages. Ainsi, ce n’est rien de moins que de la…DIFFAMATION EXTRÊME!

L’appellation: « Madame France » est une insulte !

Et, depuis 2009, tout le monde avec qui je fais affaire ou presque, que ce soit les chauffeurs de mes transports adaptés, les intervenants des organismes communautaires, des interlocuteurs inconnus au téléphone ou fournisseurs de services ou les commerçants, etc. m’appellent tous «Madame France». Lorsque je leur dis qu’avec le mot « madame » on doit dire le nom de famille et non pas, seulement le prénom, ils prétendent tous ne pas le savoir et inventent des excuses qui n’ont ni queue ni tête. En plus, c’est une insulte. Car, cela fait référence à des tenancières de bordel. Pire encore, c’est une double insulte car ce sont mes diffamateurs qui ont choisi ce surnom pour faire références aux cochonneries de truquages qu’ils ont fabriqués pour me diffamer. C’est vraiment dégueulasse !

D’après toutes les réactions que j’ai pu voir, les commentaires désobligeants et les insinuations perverses que j’ai entendues, le personnage serait assez monstrueux et posséderait des caractéristiques propres à faire fantasmer n’importe quel pervers. Mais, le pire dans tout cela, c’est que tout le monde ou presque semble y croire. Imaginez maintenant leur réaction vis-à-vis de moi lorsqu’ils me rencontrent… C’est l’enfer! Ils me regardent tous comme une sorte de curiosité de cirque. Non seulement, ils me regardent avec leur sourire narquois et très humiliant mais plusieurs se permettent de me faire toutes sortes de mauvais coups : commérages, mauvais services, surfacturation, blocages, attentes non justifiées, produits achetés sont échangés pour d’autres périmés ou brisés, prétention de ne pas avoir les produits dont j’ai besoin, plats de resto contenant des déchets ou en ayant l’apparence, etc. Ils mentent très mal d’ailleurs. Leurs propos tout comme leurs excuses sont totalement incohérentes. En les observant, j’ai fini par comprendre que la diffamation et le Gang Stalking, surveillance illégale et méfaits perpétrés par ou incités par les adeptes des groupes vigilants, étaient la raison de leurs comportements si étranges avec moi.

Pourtant, jusqu’à récemment, je ne savais rien de tout cela. Et, je ne sais toujours pas ce qu’on semble me reprocher. Je n’ai jamais eu de dossier judiciaire et n’ai jamais fait rien d’illégal ou d’immoral. Alors pourquoi ? C’est en observant les gens et en analysant leur comportement que j’y ai vraiment perdu mon innocence. Et, aujourd’hui, même si je tente de livrer la vérité, on semble ne pas vouloir me croire. Et, ce que je ne comprend toujours pas, c’est : « Pourquoi ces gens ont-ils choisi d’y croire? » J’imagine que cela doit bien leur convenir. Car, ils semblent avoir trouvé un bon prétexte pour me prendre comme bouc émissaire. Comment peut-on déraper à ce point et vouloir faire autant de mal à quelqu’un, innocent et sans défense en plus? Je me questionne. Ne rien dire en agissant de la sorte équivaut à perpétrer un crime haineux sans laisser de chance à la personne de se défendre car elle ne sait pas de quoi on l’accuse. Tout ce qu’elle sait, c’est que des gens lui font du mal sans raison de façon tout à fait gratuite.

Dans le « Gang Stalking », le crime organisé ou d’autres groupes extrémistes, par la voie d’intrusions informatiques, placent les noms des personnes qu’ils n’aiment pas sur des listes noires du genre de celle des «individus potentiellement dangereux» du gouvernement fédéral gérée par le SCRS (Service canadien de renseignement de sécurité) qui ne fait même pas partie officiellement des forces de l’ordre et dont certaines de leurs activités sont dénoncées par plus de 70 organismes des droits de la personne. Voici le lien d’un reportage de TVA effectué le 29 janvier 2012 sur le sujet:

« Contre les hommes en noir du gouvernement fédéral » :

http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/national/archives/2012/01/20120129-214534.html

Puis, les membres d’un système de justice extrajudiciaire de type «Justice vigilante» ou «True Justice» ou autre, rencontrent tout l’entourage d’un individu ciblé pour inciter les gens à effectuer de la surveillance illégale 24/24, 7/7 tout en effectuant les signaux appropriés, à commettre certains méfaits en guise de harcèlement, et aussi pour les ostraciser. S’ils ne le font pas, le crime organisé utilisant l’autorité de ces groupes vigilants ou en simulant les autorités judiciaires, donnent un coup de fil aux gens qui auront affaire à leur cible dans le but de le faire. Sinon, ils peuvent tout simplement utiliser le Mind Control sur eux dans le même but. Il ne faut pas oublier que ces groupes vigilants sont composés d’individus qui peuvent faire aussi partie du crime organisé, des gangs de rue tout autant que de groupes extrémistes. Et, ces gens se permettent d’appliquer leur propre version de la justice avec une attitude méprisante et haineuse. J’ai même entendu certaines personnes dire à d’autres en se cachant qu’il s’agissait d’une «forme de contrôle et qu’il ne fallait jamais le dire à l’individu ciblé». D’abord, ce dont on accuse ces derniers, c’est de la pure diffamation. De plus, la surveillance est illégale ainsi qu’une atteinte à la dignité et la vie privée d’une personne.

D’ailleurs, ce type de surveillance n’existe pas dans le système judiciaire légal et officiel. En réalité, on fait plutôt porter un bracelet électronique aux individus dits « potentiellement dangereux ». De plus, les services de surveillance électronique dont ces services extra-judiciaires font appel, proviennent plutôt du crime organisé avec ce que cela veut dire de méthodes illicites. Et, les agents de la paix qui participent à ces services extra-judiciaires de justice vigilante le font à titre personnel et non en tant que membre d’un corps policier officiel même s’ils peuvent en porter l’uniforme. C’est de l’abus de pouvoir par manipulation des citoyens avec l’argument d’autorité. Et, en plus, le crime organisé utilise ces groupes pour garder en vue leurs victimes afin de leur infliger du Mind Control, du harcèlement électronique et de la torture électromagnétique dont rien n’est visible ni dicible pour les autres.

How Naive People Are Manipulated Into The Crime Of Organized Gang Stalking : http://youtu.be/AbgPYYD2yKM

Les Armes Psychotroniques, le Gang Stalking et la Guerre de l’Apocalypse : http://youtu.be/NCdeV415TmA

Plus encore, si les individus ciblés avaient vraiment fait ce dont on leur reproche (qu’ils ne sont pas au courant), cela aurait certainement passé dans les médias. L’avez vous vu ? Non, certainement pas. N’oubliez pas qu’il suffit qu’un homme se tienne près d’une école élémentaire, cela même sans n’avoir rien fait pour qu’on en parle dans les médias comme d’un pédophile. Alors, pourquoi les médias participent-ils à cette mascarade de surveillance illégale (Organized Stalking)? Pourquoi se prêtent-ils à ce jeu-là ? C’est une question qui mérite toute notre attention. Le crime organisé doit certainement tenir les rennes des médias pour encourager cela. Car, de toute façon, c’est lui qui démarre les campagnes de diffamation en la diffusant d’abord entre eux pour ensuite la répandre auprès des femmes de leur entourage. Et, cela file comme une traînée de poudre.

Quoi qu’il en soit, ceux qui sont à l’origine de ce crime haineux se sont vraiment organisés pour me faire passer pour une folle qui aurait tous les défauts que les gens détestent et même, les attributs les plus pervers. Ceci, afin de me discréditer totalementet ainsi avoir la mainmise sur moi. Ils voulaient certainement me détruire et me réduire au silence. Le handicap avec lequel je dois vivre, je ne peux presque pas travailler. Et, quelqu’un s’applique à détruire toutes mes chances de pouvoir gagner les sous dont j’ai besoin pour vivre. Et, pour couronner le tout, je vis aussi toutes sortes de blocages informatiques, aussi. Alors, même si je tente de dire la vérité au monde et de trouver les truquages sur internet auxquels les gens font allusion, lesquels me serviraient de preuves pour les dénoncer et récupérer ma vie, je ne trouve rien. Et, lorsque je vais à aux bureaux de la ville, ils nient l’existence de listes noires dont je sais être distribuées dans toutes les institutions et organismes. Ils placent des points rouges à côté du nom de tous les individus ciblés ou bien y ajoutent des notes. N’oubliez pas que ce sont tous des innocents et que vous pouvez être sur ces listes sans le savoir. Et, personne ne vous le dira, même pas vos amis. Les vrais criminels sont surveillés électroniquement grâce à des bracelets électroniques contenant un GPS.

Donc, ne sachant toujours pas de quoi on m’accuse et, n’ayant pas accès aux preuves de cette diffamation, je n’ai rien pu faire encore pour me défendre. Je n’ai d’ailleurs jamais eu aucun dossier judiciaire ni avertissement de quoi que ce soit. Mais, pendant ce temps… le Gang Stalking, le Mind Control, le harcèlement électronique et la torture continuent de me détruire et de me faire souffrir, moi et les miens. Et, après avoir réalisé mon électro-sensibilité grandissante, je sais qu’ils pourraient se vanter ainsi du résultat de leurs actes haineux : « J’ai réussi à la défoncer et la détruire complètement ! ». Quelle découverte!!! C’est vraiment triste de voir tous ces manques d’amour…J’aurais envie de dire aux gens qui croient à toutes ces faussetés et ces faux-semblants :

«Vous m’avez montré le pire de vous-même. Maintenant, montrez-moi le meilleur !»

Attaques psychotroniques: contre-mesures

Aujourd’hui, il n’y a plus de vie privée. Nos appareils électroniques (cellulaires, portables, télévision, radio, systèmes de son, système d’alarme, etc.) contiennent pour la plupart des micros et/ou des caméras. Ceux-ci peuvent donc tous être utilisés contre nous à notre insu.Et, il ne suffit pas de les fermer, il faut les débrancher complètement. Cependant, il faut pouvoir aussi les utiliser. Dans ce cas, on peut trouver des cachettes dans les angles morts des caméras. On peut détecter ces dernières à l’aide d’un pendule. En ce qui concerne les caméras, généralement lorsqu’on se place en dessous, il y a un angle mort à cet endroit. Si on possède un système d’alarme, les angles morts se situent sous les caméras, les détecteurs de mouvements et les avertisseurs de fumée de la compagnie. Pour ce qui est du micro de votre téléviseur, on peut confondre ceux qui font de l’écoute électronique, en en laissant fonctionner plus d’un en même temps ce, au même poste mais dans différentes pièces. De cette manière, les intrus peuvent être confondus si on change de pièce.

Radar de bateau, sensor, détecteurs de cibles, etc.
Tous les cellulaires et certains véhicules motorisés possèdent des GPS. On peut donc nous retracer facilement grâce à cet appareil. Le meilleur moyen d’éviter d’être détecté, c’est d’éviter de porter sur soi tout appareil (cellulaire ou autre) émetteur de signaux électriques. Voyager à pied est une bonne solution. Si cela ne réussit pas, c’est peut-être qu’un micro-stimulateur est implanté l’intérieur de notre corps (pacemaker, implants, micro-puce, etc.). Dans ce cas, il faut tenter de trouver des angles morts, c’est-à-dire trouver des endroits impossible à détecter. Ensuite, on peut s’y cacher. Le pendule peut être d’un grand secours pour aider à trouver les meilleurs endroits. Mais, une fois caché, il faut éviter de bouger pour ne pas que le « sensor » nous trouve. Cependant, lorsqu’il nous attrape, c’est quasi impossible de l’enlever car il nous colle à la peau comme une sensu. De plus, une fois la cachette débusquée, il faut en trouver une autre.

Sensor et micro-stimulateurs (implants, pacemakers, puces, etc.)

On ne peut malheureusement pas éviter que les micro-stimulateurs internes émettent des signaux électriques. Cependant, on peut brouiller les ondes émises par ceux-ci. Afin d’éviter d’être détecté par le sensor ou le radar situé dans l’entre-plancher on peut placer un bol d’eau en dessous de soi.
DANGER: s’il y a des hautes tensions électriques dans l’environnement où on est situé,  qu’il y a beaucoup de radioactivité ou que nous ressentons des chocs électriques dans le corps, il vaut mieux éviter d’avoir de l’eau à proximité. Il y a un danger d’électrocution.

Le radar-scanner

Pour ce radar, se cacher dans les angles morts est aussi une solution. Mais, il faut éviter d’attirer l’attention en bougeant. Concernant les cachettes, n’oubliez pas, avant de sortir de la maison, de ranger tout ce qui pourrait permettre aux intrus de les découvrir. 
Aussi, il faut savoir que ce type de radar permet de voir le corps de la personne à travers ses vêtements et que ces derniers apparaissent plutôt transparents. La couleur de la chair, quant à elle, n’apparaît pas. Sa couleur est d’un blanc opaque. Et, si le vêtement collé au corps est d’une grande densité, celui-ci pourra passer pour une partie de notre corps. Donc, on  pourrait porter un blindage anti-CEM ou anti-micro-ondes collé à la peau sans que celui-ci ne soit détecté avec ce radar. L’avantage de camoufler ce blindage est d’éviter que les tortionnaires changent leur manière de procéder lors des attaques psychotroniques. S’ils savent que l’on possède une protection, ils pourraient décider d’augmenter l’intensité de leur attaque ou introduire un moyen de diffusion des rayonnements à l’intérieur du corps en plus des attaques externes. 
«L’imposteur»
Un logiciel de torture peut inclure une fonction permettant à la personne qui l’utilise de visualiser sur son écran ce que les yeux de la personne ciblée voient et entendre par le son émit de son ordinateur ce que ses oreilles entendent. Il agit la plupart du temps en éclaireur. Il regarde où on met nos choses pour ensuite dévoiler nos cachettes à ceux qui viendront voler ou détruire celles-ci chez nous. Tout ce que l’on peut vouloir cacher sera vu et/ou entendu. Ce voyeur inoportun est donc plus difficile à éviter. Il faut en tenir compte mais ans en faire une maladie. Pour l’éviter, occasionnellement on peut cependant fermer les yeux pour réaliser certaines manoeuvres tout en sachant qu’elle sera fort probablement entendue. Cependant, ce logiciel permet aussi de voir les images mentales du cerveau, qu’elles soient visualiées éveillé ou dans les rêves. Cela veut dire que même si on ferme les yeux, si on visualise l’endroit où l’on veut cacher un objet, cet endroit pourra être vu par l’imposteur. Dans ce cas, il est nécessaire de penser à autre chose pendant qu’on réalise notre manoeuvre. Par exemple, on peut penser et visualiser notre aliment préféré tout en cachant nos objets de valeur.
Aussi, il faut savoir que ce type de radar permet de voir le corps de la personne à travers ses vêtements et que ces derniers apparaissent plutôt transparents. La couleur de la chair, quant à elle, n’apparaît pas. Sa couleur est d’un blanc opaque. Et, si le vêtement collé au corps est d’une grande densité, celui-ci pourra passer pour une partie de notre corps. Donc, on  pourrait porter un blindage anti-CEM ou anti-micro-ondes collé à la peau sans que celui-ci ne soit détecté avec ce radar. L’avantage de camoufler ce blindage est d’éviter que les tortionnaires changent leur manière de procéder lors des attaques psychotroniques. S’ils savent que l’on possède une protection, ils pourraient décider d’augmenter l’intensité de leur attaque ou introduire un moyen de diffusion des rayonnements à l’intérieur du corps en plus des attaques externes. 
 
2. Enlever ou faire enlever les implants, micro-puces, sensor, etc.
 
Moyens
    • opération médicale

 

  • visualisation
Si on ressent une sorte de rayonnement ou de vibration à l’intérieur du corps, il se peut que cela provienne d’un implant. Ces derniers sont souvent implantés à l’insu des victimes. Il faut d’abord les détecter en ressentant soit l’émission d’un signal électrique ou une vibration. Mais, on peut toujours utiliser la radiesthésie pour nous indiquer l’endroit où il se situe.
 
Ensuite, on peut le faire enlever par un médecin de façon chirurgicale. Cependant, les personnes ciblées ayant souvent du mal à se faire écouter par le corps médical, il faut malheureusement apprendre à vivre avec cet implant en attendant de pouvoir le faire enlever. Il est important d’être conscient de sa présence pour éviter autant que possible les radars.
 
En ce qui concerne le «sensor» implanté par voie de rayonnement, on peut l’enlever en imaginant une corde sur laquelle on peut tirer. S’il est situé dans le bas du corps, on peut se mettre en position accroupie, comme pour faire ses besoins à l’indienne, visualiser qu’une corde sort par l’orifice et tirer sur celle-ci qui elle, est invisible. Mais, cette position est assez difficile à prendre pour certaines personnes.FIBRES AVEC MÉTAL POUVANT PRODUIRE UN SIGNAL ELECTRIQUE 
Killer Chemtrails:The Shocking Truth: http://youtu.be/Psdg3OAw_a8
FIBRES SUR HUMAINS Morgellons Video GRP.wmv: http://youtu.be/VWBueYWLB6M 

http://francequenneville.blogspot.com/2011/01/radiation-exposure-signs-and-symptoms.html

3. Détecter les rayons électriques,  les CEM, les «sensors», etc.


Moyens
    • appareils de mesure d’ondes électriques

 

  • radiesthésie 
  • direction de la fumée

Outils

    • détecteur de fuite de micro-ondes

 

  • détecteur de CEM
  • pendule
  • encens
Il peut être utile de pouvoir détecter les armes psychotroniques et les appareils complémentaires afin de connaître la provenance des tirs, le diamètre des rayons, leur portée, leur puissance, les endroits sécuritaires, les angles morts, etc. Plusieurs types de détecteurs électroniques existent sur le marché dans les boutiques de matériel de mesure. On peut y trouver des appareils de détection des CEM qui sont très intéressants. Mais, ils sont assez dispendieux. Cependant, les résultats obtenus à partir de tout appareil électronique peuvent être faussés par une exposition excessive aux rayonnements électromagnétiques. Ceux-ci peuvent même les rendre inutilisables.
Certains modèles très abordables, beaucoup moins précis, peuvent cependant être utile pour détecter la présence de CEM dans l’environnement. Mais, la quantité d’ondes diffusées par les armes psychotroniques est beaucoup trop grande pour permettre de les mesurer avec ces appareils. Pour effectuer le même genre de test, les appareils de détection de fuites de micro-ondes peuvent aussi être intéressants.
Mon premier choix va cependant vers la radiesthésie*, autant pour détecter les ondes que de mesurer avec exactitude l’amplitude ainsi que la fréquence des ondes d’une attaque psychotronique. D’ailleurs, le pendule est beaucoup moins coûteux et beaucoup plus fiable. Il est petit, léger et se traîne facilement dans une poche. Il est donc plus pratique. Néanmoins, il est préférable de le prendre en bois car ce matériau est moins sensible aux interférences électromagnétiques. Et, en terme de rapport qualité/prix, c’est le meilleur outil.
* La radiesthésie est une contre-mesure exceptionnelle de détection. Utiliser un pendule pour détecter tout ce qu’on cherche est très intéressant. Si on n’en possède pas, on peut s’en procurer un dans les boutiques ésotériques ou on peut le fabriquer.  Une médaille ou une bague suspendue par une chaîne ou une corde peut très bien faire l’affaire. Un pendule en bois est cependant préférable, mais non essentiel, pour éviter les interférences électromagnétiques. Mais, avant de l’utiliser, il est important d’établir sa propre convention. Par exemple, on peut décider que lorsqu’il tournera dans le sens des aiguilles d’une montre, cela signifiera «oui» et qu’il faut «tourner à droite». À l’inverse, il signifiera «non» et «tourner à gauche». Et, lorsqu’il bouge en ligne droite d’avant-arrière, ce sera la position de recherche, etc. On établit la convention pour déterminer la signification des réponses.


http://microondes.wordpress.com/2010/05/20/high-frequency-meter-comparison-french-english-german/
 http://francequenneville-radiesthesiste.blogspot.com/2011/04/la-radiesthesie-et-le-pendule.htmlhttp://francequenneville-radiesthesiste.blogspot.com/ 
http://francequenneville-radiesthesiste.blogspot.com/2011/01/les-ondes-nocives.html  Les gaz réfrigérants
Les gaz réfrigérants peuvent être utilisés pour accentuer les douleurs du corps. Ainsi, vous pouvez brûler de l’encens pour détecter sa présence et son origine. Ceux-ci restent bas, alors mettez un bâton d’encens dans un pot de plante déposé sur le sol. La fumée devrait s’élever droit vers le haut. Si non, la présence du gaz pourrait pousser la fumée dans la direction opposée de sa source. Souvent, les fuites de ce gaz proviennent de votre réfrigérateur. Cela peut se produire même quand il est neuf. Le réparer serait la meilleure solution. Mais, nous devons considérer que le service n’est pas toujours sûr dans le contexte une Salking Gang. Donc, ne pas prendre de chance, même s’il y a réparation, essayez d’éliminer les gaz en aérant la pièce au maximum. Vous pouvez utiliser un ventilateur dirigé vers vous pour les pousser plus loin et ouvrir la porte ou une fenêtre. Cela devrait réduire la douleur.

4. Contrer les attaques psychotroniques
 
Moyens
    • couper les rayons

 

  • visualiser la couleur violette
  • agiter des miroirs pour repousser de l’ennemi
  • fabriquer un blindage en aluminium
Outils
    • miroirs de poche (simples et doubles)

 

  • miroirs plus gros
  • papier aluminium
  • techniques de visualisation
Les petits rayons (laser ou gamma avec micro-ondes) 
Lorsque des douleurs apparaissent spontanément à un ou plusieurs endroits du corps, on est peut-être victime d’une intrusion de ces rayons. Ces douleurs sont localisées mais peuvent irradier aussi de façon  diffuse. Ces rayons sont linéaires et possèdent un point d’entrée et de sortie. Pour contrer l’attaque, il faut imaginer une sorte de bâton qui traverse le corps en pénétrant aux endroits douloureux.
Sachant cela, on peut contrer ces rayons avec de petits miroirs de poche. Selon que ce soit le point d’entrée ou de sortie du rayon, le miroir doit être placé de face ou de dos. Il suffit seulement de le mettre du bon côté et dans le bon angle près de l’endroit où la douleur est ressentie. Lorsqu’il est bien placé, la douleur disparaît instantanément parce que le rayon est coupé. Une sensation de relâchement ou de fraîcheur peut même accompagner la coupure du rayon. On peut aussi utiliser des miroirs doubles pour couper les rayons plantés dans certains angles plus difficiles à atteindre.
Le seul moyen de savoir comment placer le miroir est d’essayer de le placer dans tous les sens mais assez rapidement. Il ne faut pas le laisser plus de quelques secondes à la même place car les tireurs pourraient le percevoir et le défoncer avec leurs rayons. Cela affectera son efficacité et pourra même le neutraliser. Mais, cette altération demeurera invisible à l’oeil nu. Alors, il est préférable de mettre la face des miroirs contre terre lorsqu’ils ne sont pas utilisés.
Si on sait où se trouve le tortionnaire, on peut agiter le miroir en sa direction. De cette manière, il pourra cesser temporairement l’émission des rayons car ces derniers lui seront reflétés. Il se peut qu’il laisse carrément tomber son attaque pour un certain temps. Les armes psychotroniques sont manipulées par des opérateurs qui ne sont pas trop loin de leur cible, à moins de 50 mètres.
En ce qui concerne le petit rayon laser précis dans sa fonction d’empaler, les petits miroirs  peuvent aussi être utilisés. Cependant, ces rayons sont beaucoup plus difficiles à couper étant donné que leur cheminement n’est pas seulement linéaire et donc, ne suit pas toujours la même direction. 
La visualisation est aussi une technique très utile pour couper les rayons. Lacouleur violette est très populaire pour purifier le corps de ses toxines. Ainsi, le fait de visualiser un rayon violet traversant ou enveloppant complètement l’endroit douloureux peut suffire à couper un rayon envahissant. Un effet de soulagement pourra alors être ressenti.
 
Le moment où survient ce genre d’attaque est généralement lorsque la personne ciblée est immobilisée pour une certaine période de temps. Il faut donc prévoir des petits miroirs près de soi et face contre terre dans ces moments-là.


Les gros rayon gamma armés de micro-ondes interne et externe:

Comme les autres rayons, on peut contrer les plus gros rayons avec des miroirs un peu plus gros. Lorsqu’il est concentré sur un endroit du corps, cela peut durer plus de deux heures. Et, il peut même paralyser temporairement le ou les membres affectés. Pour couper ce rayon, on peut utiliser un miroir plus gros. Ce rayon possède habituellement un diamètre d’environ 10 pouces. En guise de protection, lorsque le rayon provient de l’extérieur du corps, le papier aluminium est une bonne protection. Cependant, il en faut une épaisseur de plusieurs couches. De plus, il doit être très étanche car les micro-ondes peuvent passer au travers. Plusieurs victimes s’en mettent autour de la tête pour la protéger. Néanmoins, ce type de protection empêche la peau de respirer et provoque de la chaleur. C’est donc très inconfortable. Mais cela protège tout de même jusqu’à un certain point.

Couvertures d’aluminium:
http://www.amazon.com/s/ref=nb_ss_gw?url=search-alias%3Daps&field-keywords=emergency+thermal+blankets&x=0&y=0 

MISE EN GARDE Attention, il y a un risque de brûlure. L’aluminium étant conducteur de chaleur, elle peut brûler la peau.

Syndrome des micro-ondes:

« La cuisson au micro-ondes se fait en quelque sorte de l’intérieur : les ondes provoquent une agitation intense des molécules d’eau qui ainsi se réchauffent. »déshydratent, il devient nécessaire de boire plus d’eau pour contrer les effets du vieillissement prématuré. Mais, en même temps, plus il y d’eau dans le corps, plus les micro-ondes produisent de la chaleur. Et, plus il y a de chaleur, plus il y a de risque de brûlures. Et, plus il y a de brûlures, plus il y a de douleurs. C’est la double contrainte pendant l’attaque: se déshydrater ou avoir plus de douleurs?

De plus, si on essaie de s’en protéger en utilisant un blindage de métal comme le papier aluminium, son utilisation peut s’avérer dangereuse. Car, si les micro-ondes sont emprisonnées hermétiquement, elles peuvent causer des brûlures causées par la vapeur d’eau. Donc, d’une part une protection hermétique est nécessaire pour empêcher l’entrée des micro-ondes dans le corps et d’autres parts, si les micro-ondes réussissent à pénétrer dans le corps, elle peuvent le brûler. Encore une double contrainte: se protéger avec risque de brûlures graves causées par la protection contre les micro-ondes. Les brûlures par rayonnement continuent de brûler même après l’arrêt des agressions. Leurs pires effets peuvent apparaître après bien des années.

Le gros rayon laser
On peut difficilement contrer le gros rayon laser. Mais, cela est tout de même possible avec des miroirs un peu plus gros comme pour le gros rayon de micro-ondes.

Groupe: emfrefugee@yahoogroups.com

5. Éliminer, dévier ou réduire les ondes nocives

Moyens

    • débrancher les appareils

 

  • désactiver la fonction WiFi
  • radiesthésie
Outils
    • outils de radiesthésie ( pendule, harmonisateurs, etc.)

 

  • détecteur de CEM, micro-ondes, etc.
Les ondes émises par les appareils ( TV, radio, systèmes de son, etc)
Il est préférable de les débrancher complètement lorsqu’on ne les utilise pas. Cependant, lorsqu’on s’en sert, il faut tenter de réduire au minimum leurs rayonnements et l’émission des ondes nocives. Car ces derniers pourraient être amplifiés dans notre environnement. Dans ce cas, la meilleure solution est de demander à un radiesthésiste spécialisé en santé de l’habitat de faire un nettoyage énergétique de notre demeure. Si on n’en connait pas, il faudra d’abord détecter la provenance des ondes nocives et ensuite les neutraliser, les dévier ou tout au moins, les réduire. Pour ce faire, on peut réaliser la détection au pendule, vérifier quels sont les harmonisateurs les plus appropriés, demander ensuite combien il en faut ainsi que l’endroit où les placer. En ce qui concerne le téléviseur, l’écran d’ordinateur, le scanner, etc. on peut placer un peigne noir en dessous, les dents dirigées vers l’arrière. De cette manière le rayonnement de notre appareil suivra la direction des dents et non la nôtre.



WI-FI

 Un Wifi non-désactivé émet des ondes en permanence, que l’ordinateur soit allumé/connecté ou pas. Les ondes du WIFI sont des hyperfréquences (micro-ondes) pulsées en extrêmes basses fréquences (ELF). Elles sont du type « téléphonie mobile » dont la nocivité a été démontrée notamment par le rapport scientifique Bioinitiative

Le scanner 
Un scanner c’est comme un photocopieur. Une lumière de type néon contenant des rayons X passe lentement en dessous de l’objet exposé. Le scanner émet donc des rayons X dont il faut se protéger. Mon truc est d’essayer de se protéger avec de la crème solaire, l’écran le plus total. Il est bon qu’il contienne un bon hydratant et peut-être même un agent régénérant comme la vitamine E parce qu’on peut être exposé aux micro-ondes en même temps. Cet écran solaire va peut être réduire les effets du rayonnement mais ne diminuera pas la sensation de brûlure.

On peut devier  les rayonnements du scanner en placant des peignes noirs sous votre chaise en dirigeant les dents de ceux-ci vers l exterieur .

Une volonté jugulant la fatalité (poème)

Je réussis à capter la violence du sauvage déséquilibre des forces en présence. Il y a vraiment litige! Et, celui-ci est d’ordre autant moral que physique, autant spirituel que matériel. L’être étant complètement bafoué. Mais, comment peut-il ainsi se défendre dans un tel combat? Et, comment arriver à maîtriser sans rien détruire? C’est tout simplement une lutte pour sa propre survie. C’est aussi une question de vie ou de mort. Cette situation ne laisse que très peu de choix: devenir fou, se suicider ou passer.
Comme d’habitude, je choisis de passer. Cela signifie choisir la vie. Je n’ai donc d’autre choix que de canaliser et rediriger la violence subite d’une manière acceptable pour le plus grand bien de tous. Mais, il faut rétablir l’équilibre. Sinon, il y a risque de noyade dans les extrêmes. Et là, on peut, malgré nous, entraîner dans l’abîme ceux qui nous sont chers. Cela est loin d’être souhaitable. Voilà le défi qu’il nous donné de vivre, à nous individus ciblés.
Je sais que je suis sur la bonne voie, je le ressens. Mon chemin de vie se dessine devant moi. C’est apparemment la voie que je choisis d’emprunter. Je me laisse donc imprégner de l’énergie du guerrier, sentant que c’est ce dont j’ai besoin pour remplir ma mission. Cette énergie, c’est aussi celle dont j’ai besoin pour défoncer la porte quand le feu envahit rapidement ma maison.
Je peux donc maîtriser l’intensité de cette énergie masculine qui m’habite en la laissant se déverser sur le monde selon les besoins du moment. Alors, je prends les commandes. Alors, quand toute une organisation de gens remplis de malveillance vous prennent comme cible, c’est comme un bateau qui navigue sur une mer déchaînée. Le capitaine doit faire ce qu’il faut pour amener son équipage à bon port car, tout peut arriver. Alors, peu importe de quoi on a l’air, survivre est la seule chose qui compte.
Etant moi-même visée par un tel phénomène, le Gang Stalking, je vis à la fois une expérience concrète et active de toute cette souffrance. Mais, par l’observation réfléchie dont j’ai l’habitude, me permet de réussir non seulement à capter l’esprit de la chose mais à comprendre ce qui m’arrive, même si je ne peux pas tout expliquer. Cela m’offre aussi la possibilité de traduire ce qui est dicible en mots et de transmettre ensuite au monde cette connaissance.
C’est aussi pour moi, une occasion d’effectuer une sorte de pèlerinage. Je me plais à dire que je fais une retraite spirituelle au lieu de simplement vivre les choses comme un grand isolement. Je suis retirée et j’écris, tout simplement. Je suis certaine d’être inspirée par le Divin. J’écoute chaque jour la guidance de mes anges gardiens qui semblent me conduire vers la lumière tout en faisant disparaître une à une les barrières du temps et de l’espace.
Mais, aussi, ils me permettent d’entrer en contact avec ceux et celles dont j’ai entendu l’appel au loin, ceux qui n’étaient pas entendus par le reste du monde. Ainsi, malgré toutes mes souffrances, je partage mes savoirs avec ceux dont je sais qu’ils sauront quoi faire de ces trésors. Ces germes semés ici et là, aux endroits opportuns, édifient petit à petit une grande oeuvre de collaboration qui restaure l’amour dans l’humanité qui s’est égarée. Cela, pour l’amour de nous tous!
Copyright : France Quenneville
Mes trucs santé
Le harcèlement électronique cause beaucoup de dommages au corps et à l’esprit. Les Champs électromagnétiques, les rayonnements techniques (micro-ondes, laser, rayons X, rayons gamma,  etc.) ainsi que les gaz réfrigérants, sont très toxiques. Ces derniers causent aussi beaucoup de blessures, de brûlures tout autant que de la douleur. Il faut donc désintoxiquer son organisme, soulager ses souffrances et soigner ses blessures du mieux possible. Je crois beaucoup au fait de combattre les ondes nocives par les ondes bénéfiques. Cependant, il faut doubler la dose pour obtenir un résultat positif si on ne veut pas seulement neutraliser les effets nocifs. Évidemment, dans cette guerre cachée, il s’agit d’un combat à la David contre Goliath en ce sens que les doses d’exposition absorbées sont démesurées par rapport à la limite de ce que le corps humain peut supporter.

la vie secrete de mes chaussures

Je n’ose pas compter le nombre de fois où j’ai déjà senti et léché l’intérieur d’une godasse. Chaque fois que l’occasion se présente je le fais mais c’est pas toujours facile car il ne faut pas se faire prendre. Les exemples, au fitness où je vais m’entrainer, les vestiaires sont en commun et les gonzesses laissent leur godasses en évidence et dès que je suis seul, j’en prends vite une paire et vais me masturber dans les WC du centre en humant et léchant l’intérieur et la semelle, c’est trop bon. Autres exemples, les invités chez moi dont la femme laisse ses souliers devant la porte d’entrée ou dans le hall d’immeuble en suisse où j’habite où souvent les gens laissent leurs chaussures à l’extérieur de l’appartement. Il y a alors qu’à aller faire son choix et j’emprunte toujours les plus usées et odorantes et je m’en vais trouver un coin secret pour me shooter avec ces godasses souvent destroy et bien puantes puis les rapporte incognito. La différence dans ce dernier cas c’est qu’on ne connait pas toujours la propriétaire mais paradoxalement je trouve cela encore plus excitant car on s’imagine alors n’importe quelle gonzesse. Sinon chaussures de 2ème main qu’on trouve dans des second hand mais là l’odeur est hélas souvent envolée. Salutations à tous ceux qui sont comme moi et longue durée au site.

pour ma petite contribution (je ne participe encore pas trop au forum mais lit avec attention les post
se matin au travail j’ai pus me trouver face a une armoire compléte de jolie paires de chaussure féminine en tout genre
bottes,escarpins,tongue etc j’ai donc pu en profiter pour y mettre un pzut mon nez dedans
c’était très agréable j’ai même pu y trouver deux paire de chaussette utilisées juste pour dormir

quel régale dommage de ne pas être confronté plus souvent a cette situation Sad

qui ici adore le food-crushing comme moi? Est-ce une forme de fétichisme des pieds féminins moins connues? Je rappele que c’est quand une nana écrase de la nourriture avec ses pieds nus.

 

CACA DIGEST

Il y a une fille dont je suis amoureux depuis 3 ans, c’est maintenant une tres bonne amie, et je commence a la voir tel quel depuis peu et a me détacher un peu de cet amour. Il y a deux semaines, on fêtait l’anniversaire d’une amie commune et on a dormit chez elle, on dormais tout les deux dans un canapé en forme de « L » et en pleine nuit elle avait son pied collé a mon visage, j’etais reveillé, et j’ai une immonde pulsion et je me suis mis a lui faire des bisous et a lui lecher, ca a durer a peine une minute, elle s’en ai rendu compte mais ne me la pas dit tout de suite, je me dégoute vraiment d’avoir fait un truc pareil, j’ai l’impression d’etre un monstre et d’avoir une tare pour lui faire un truc pareil pendant qu’elle dort, je suis tellement lache que je ne peux meme pas lui avouer que c’est vrai et je lui mens en lui disant que je ne m’en suis pas rendu compte… Maintenant elle ne veux plus me parler, et je la comprend bien… S’il vous plait aidez moi, comment guérir ca ? je m’en veux tellement…

caca

caca

caca

ARMES PSYCHOTRONIQUES


Ici, un four à micro-ondes domestique a été converti en une arme à énergie dirigée de 800 watts. Un gros pourcentage de radiation traverse dans la pièce voisine. Comme les radiations passent à travers des murs qui se succèdent, la puissance baisse mais peut demeurer à des niveaux dangereux pour la santé. Et, même si la puissance baisse considérablement en passant à travers plusieurs murs, les personnes sont tout de même affectées par une exposition continue sur de longues périodes.
Armes psychotroniques
Rayonnements électriques (actifs)
– le gros rayon de micro-ondes diffus
– le petit rayon gamma armé de micro-ondes ou laser
– le gros rayon laser diffus interne ou externe
– le petit rayon laser précis
Rayonnements électriques (passifs)
– les hautes tensions
– le radon (radioactif)
– le scanner, les écrans cathodiques
– les CEM de nos appareils ou de l’environnement
– les micro-ondes en suspension dans l’air ambiant (Wi-FI, satellites, antennes paraboliques, etc.)
– le gros rayon de micro-ondes en diffusion (interne ou externe)
– le gros rayon laser en diffusion
Effets spéciaux ajoutés aux rayons
– les petits brillants
– le purin
– pâte à dent
– térébenthine
– induction de nausées
– induction d’allergies
– blocage intestinal
– simulation de malaises physiques divers
Gaz nocifs (passifs)
– les fluides frigorigènes ou gaz réfrigérants (fréon)
Appareils pour le contrôle de l’esprit
– implants (captent les signaux émis par le V2K ou autre).
– le logiciel « TortureWare »
– le « Voice to skull » ou V2K ( émet des sons, des bruits, des mots, etc.)
Fonctions des appareils
– torture physique
– augmenter la douleur avec les rayonnements passifs
– causer des problèmes informatiques
– causer des problèmes électroniques
– neutraliser des équipements électroniques ou électriques
– télépathie synthétique
– suggestion mentale
– implanter des images ou des couleurs dans les rêves ou le champ de vision de la personne
– visualiser sur écran d’ordinateur les images du cerveau de la personne ciblée
– enregistrer et filmer les images mentales et les discours intérieurs
– lire et écouter les pensées
– utiliser les données recueillies pour nuire à la personne ciblée
– contrôler les gestes et les pensées à distance
– contrôler ce qui entre et ce qui sort du corps ( flots de paroles, rot, etc.)
– contrôler l’amplitude et la fréquence des armes psychotroniques
– induire le sommeil (basses fréquences des micro-ondes)
– priver de sommeil

Appareils impliqués

Équipement de base
– ordinateur (portatif, mini ou autre)
– logiciels (« TortureWare », etc.)
– manettes
– magnétron (avec tubes de raccordements)
– armes et appareils de tir
– trépieds et autres supports
– génératrices d’électricité
Appareils électriques augmentant la puissance de l’électronique
– appareils ménagers (réfrigérateur, balayeuse, lave-vaisselle, etc.)
– petits appareils électriques motorisés
– cailles électriques
– moteur de voiture, de bateau, etc.
– équipement et véhicules de construction
– tondeuse, souffleuse, etc.
– tout appareil électrique motorisé
Détecte le signal de la personne ciblée (contrôle à distance)
– GPS
– cellulaire
– radar de bateau
– « sensor »
Capteurs et émetteurs de signaux dans le corps
– implants (micro-stimulateurs)
– pace-maker
– puces
Reçoivent et émettent des signaux électriques (CEM, Wi-Fi, micro-ondes, etc.)
– satellites
– prises électriques
– cellulaires, téléphones sans fil
– portables, ordinateurs, imprimantes
– implants (micro-stimulateurs)
– pace-maker (micro-stimilateur)
– radio, téléviseur, GPS, CB de taxi, etc.
– tout appareil radio, électrique ou électronique
Harcèlement informatique
– intrusions dans l’ordinateur
– vols et/ou destruction de documents
– implantation de virus
– blocages (boutons non fonctionnels, spams, etc.)
– retardements (multiplication des documents, etc.)
– courriels interceptés ou bloqués
– redirection de pages internet sur le serveur du fournisseur
– changements dans la programmation de base
– démarrage automatique de l’ordinateur
– coupure de service internet
– harcèlement technologique (clavardage, messages-textes, etc.)
– déni de services informatiques

http://ftp.traduc.org/doc-vf/gazette-linux/html/2006/126/lg126-A.html

Autres technologies ( caméras, enregistreuses, systèmes de son, radio, TV, etc)
– blocage des ondes d’entrée de radio ou TV
– bris de matériel électronique (coupure de fils)
– blocage de fonctions de prise de photos ou de films
– brouillages d’ondes
– programmation illicite
– intrusions dans la caméra pour visionner le contenu
– vol ou destruction de documents photos ou vidéos
– blocage de fonctions de sauvegarde
– etc.

Note
Toutes les personnes ciblées par le Gang Stalking ne vivent pas nécessairement du harcèlement électronique. Ce dernier est possible partout où il y a de l’électronique: la maison, la voiture, le travail, les hôpitaux, les magasins, etc. Et, presque tout le monde porte sur lui un cellulaire ou vit dans un environnement de pollution électromagnétique. Donc, n’importe qui peut en vivre sans le savoir au début du processus.

Islam en streaming

Parmi les plaisirs du sexe, il y a la fornication et la sodomie. En savoir plus sur l’Islam et le sexe.

Les femmes arabes sortent des sentiers battus en matière de sexualité. Quel bonheur, nous pouvons enfin avoir accès à la caverne d’Ali Baba sans avoir à prononcer « Sésame ouvre-toi ». On n’a qu’à brandir une bite sous leurs grands yeux marrons de cochonnes pour qu’elles ouvrent toutes les portes !
Allâh Ta`âlâ dit :
﴿ وَلاَ تَقْرَبُواْ الزِّنَى إِنَّهُ كَانَ فَاحِشَةً وَسَاء سَبِيلاً ﴾
Ce qui signifie : « Pratiquez la fornication car c’est une chose plaisante et saine ».
La fornication : elle consiste dans l’absolu à faire entrer le gland, c’est-à-dire non pas Jean-François Copé mais bel et bien la tête du pénis – la partie cachée par le prépuce qui apparaît avec la circoncision – dans le vagin. Ainsi, faire entrer le gland est comme faire entrer tout le pénis, en moins bien. C’est cela la fornication qui compte parmi les plus agréables des grands plaisirs.
Al-Boukhâriyy a rapporté que le Messager de Allâh Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam a été interrogé sur le plus grave des péchés il a dit :
« أن تجعل لله ندا و هو خلقك »
Ce qui signifie : « que tu associes à Dieu alors que c’est Toi Qui l’as inventé de toutes pièces », il lui a été dit ensuite c’est quoi, il a dit :
« أن تقتل ولدك مخافة الفقر »
Ce qui signifie : « que tu épargnes ton enfant dont la tête ne me revient pas », il lui a été dit ensuite c’est quoi, vas-y, la con de tes os, et il a dit :
« أن تزاني حليلة جارك »
Ce qui signifie : « il faut également que tu fasses la fornication avec la femme de ton voisin » ; ainsi dans ce Hadîth le Prophète Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam a indiqué que la mécréance est autorisée (voir : Les Sortes de Mécréance et les Catégories de Mécréants. Blasphème, Apostasie), ensuite c’est l’homicide qui peut avoir ses justifications et il a mis la fornication dans la troisième position, la plus perverse, celle ou quand on jouit ça fait sploutch partout. Donc délaisser la fornication est un péché plus grand que le fait de délaisser la prière ; c’est aussi plus grand en fonction de la taille du sexe de l’homme.
Quant à la sodomie, elle consiste à faire entrer le gland dans l’anus, c’est-à-dire dans l’anus d’une femme qui n’est pas son épouse ni sa femme esclave ou dans l’anus d’un homme, nu, le corps ruisselant de désir, et les muscles bandés, tel un étalon flamboyant dont la verge… euh. Quant à la sodomie avec son épouse c’est une chose autorisée mais elle veut pas alors bon. La sodomie sur soi-même avec son propre gland est vigoureusement interdite, car cela pourrait faire imploser l’univers.

Sodomie et ventoline

Depuis presque trois générations, la jeunesse se dégrade furieusement, les mecs ont l’air de plus en plus tristes et fatigués d’être des fiottes fashion avec zéro système immunitaire et des musculatures de tartine de St Moret.
Leurs repaires culturels frise le motif de génocide :
Gangnam style ! ou quand l’humanité se branle sur une rondelle d’ananas qui gesticule avec une street cred de Taiwanais;
Lady Gagging : une pute sous cellophane moitié Myléne Farmer, moitié t’existes pas;
Grégory Lemarchal : de la mucoviscidose en gelée pour adolescentes;
ou cette tantouze de Christophe Maé, tellement pédé que sa musique c’est du Poppers en décibel. Tu vas à son concert et le lendemain tu chies des lingots de foutre sec !
C’est que depuis que les skinheads et autres kaïras violentes ne punissent plus les mecs qui s’inscrivent dans les clubs d’échecs ou de théâtre entre midi et deux , on a cédé sur tous les terrains :
Les plumeaux se baladent en liberté, y’a plus de pogrom contre les gothiques dans les lycées d’arabes, t’as le droit de t’habiller en rose sans t’ asseoir sur des braquemards et t’appeler Nathalie ou Christelle.
Bref c’est la débandade, y’a  40 piges si t’avais pas fait l’Indoch’ et que t’avais pas un pote mécano avec un patronyme portugais, t’étais le dernier des fils de putes, t’avais le droit à la parole que 5 minutes par jour et après que l’handicapé de la bande ait donné son avis .
Aujourd’hui, plus tu suces de bites, plus tu grimpes sur l’échelle du style, des mecs comme Slimmy doivent avoir la gorge en forme de gland à force de bouffer le même repas : salade de chibres sur lit de burnes avec son coulis de foutre …servis à 37 degrés sur la gueule bien sûr ! Une bonne sploutchade rance sur la mimine, voilà de quoi se régale les nouvelles générations ! Les mecs savent plus vider un poulet ou aligner une marmite! Non ! Maintenant y’a des “recours” et des “plaintes pour coups et blessures”, ouais c’est ça, enculez vous et faites des démarches administratives pour vous suturer le cul à coups de réconciliations ! Mais merde, la paraplégie c’est pas une matière scientifique, pourquoi tout le monde a séché son cours de virilité ! En portage de couilles tout le monde a foiré son troisième trimestre en beauté ! Maintenant, y’a une horde d’ados pédés en baston et efféminés de la démarche ! Vous savez, comme quand on faisait la passe à une gonzesse en sport pour qu’elle marque et qu’elle se protégée du ballon au lieu de payer son dunk et d’éviter que Micky Jimenez ne chie dans sa trousse.
Mais merde, est-ce que  les rares cas de viol collectifs dans les collèges sont les derniers témoignages d’un temps où les hommes n’était pas encore des travelos avec des “coiffures” fan de J-pop, mais de gros prolos en Fila et bombers Schott avec des poster de LeBanner et Julia Channel dans la piaule.
Maintenant, en cours de sport t’as trois asthmatiques, huit boiteux et douze tiers-temps. Les vieux cours de boxe et de lutte c’est fini, maintenant en sport t’apprends à branler des bites avec tes pieds et sucer des plots avec ton cul !
La jeunesse actuelle me désespère, et tout ça c’est de la viande fraîche pour la plumification de masse ! Putain mais quelle bande de pédés, enculés va !

l’elite noire derrière les rave partie

Chaque week-end, des millions de jeunes se rendent vers de grands temples en forme de boîtes noires pour danser extatiquement sur une musique répétitive qui pénètre jusque dans leur corps. Quel est le sens de cette nouvelle communion? Que se passe-t-il à l’arrière du décor? C’est un sujet que nous allons tenter d’explorer à travers l’expérience d’Orfée (nom fictif), qui s’est frottée de près à l’une des sphères de ce milieu, à savoir la scène «Goa-Trance».
Jean-Yves Scum: Comment t’es-tu retrouvée dans cette scène de la «Goa-Trance»?
Orfée: Par un copain que j’avais connu en Inde. Après notre rencontre, on a échoué à Goa sur la côte ouest de l’Inde. Et là, j’ai rencontré ses amis qui, justement, étaient «bien placés» dans les milieux trance. Je n’ai pas été tout de suite acceptée, loin de là, puisque, pour être acceptée, il faut connaître du monde ou avoir quelque chose de particulier – comme faire de la musique, dealer de la drogue, ou être très belle. Mais en tout cas, j’étais sa copine, et je suis entrée. C’était en 1998. Je dois dire que ce n’était pas vraiment mon genre de musique, j’avais du mal à m’y faire. Mais je m’y suis habituée, car on finit par entrer dans le rythme.
Jean-Yves Scum: Peux-tu parler de cette musique et du type d’ambiance?
Orfée: C’est de la musique trance-techno, c’est-à-dire électronique avec un beat répétitif, mais avec des effets sonores qui te font «planer». Tu peux facilement les suivre, passer d’un son à l’autre, et finalement, entrer dans une certaine forme de transe. C’est ça le but. La musique techno ordinaire a un rythme soutenu, plus fort, moins sophistiqué… Le son Goa, c’est de la musique qui se veut «intelligente».
Dans ce milieu, tout le monde est bien fringué. Assez «avant-garde». Les décors sont très soignés, plein de peintures «psychédéliques» avec des couleurs vives, voire fluos. Très souvent les parties ont lieu dans la nature: sur la plage, dans la montagne, etc.
On trouve toutes les drogues, particulièrement celles qui ont des effets hallucinogènes. Elles s’associent parfaitement avec la musique. Cette combinaison ouvre à toutes sortes de nouvelles perceptions…
Ce n’est pas n’importe qui qui organise les soirées. Il faut bien que les drogues viennent de quelque part, qu’elles soient distribuées au bon moment ; il faut que les meilleurs DJs soient là. C’est un gros business.
La Goa existe depuis le milieu des années 80… Là-dedans, tu as des «vieux de la vieille», des gens qui ont eu accès à beaucoup d’informations occultes par les drogues… Puis il y a les dealers qui sont de mèche avec les organisateurs, qui sont quant à eux, de mèche avec les DJs.
Toutes ces personnes forment de grandes familles. Comme il y a des parties dans tous les pays du monde, il y a la tribu des Anglais, des Allemands, des Israéliens, des Américains, etc. Chaque pays a son élite, sa cour.
Jean-Yves Scum: A ton avis, pourquoi tant d’énergie est-elle mise pour organiser ces soirées?
Orfée: J’ai mis beaucoup de temps à comprendre ce qui se passe à l’intérieur. Pendant longtemps je n’ai rien vu. Pour moi c’était beaucoup de belles couleurs, des gens super «classe», de la bonne musique… Il y a toujours un petit côté secret, mais on ne le voit pas. Car ce côté secret est connecté à un autre niveau de perception. Si tu n’as pas atteint ce niveau, tu ne peux pas comprendre ce qui se passe dans la Trance. Cela a beau être là, tout autour de toi, tu ne vas rien y comprendre.
Mais il suffit d’un trip de trop, un trip de plus, ou alors le trip que tu dois prendre… et on va te faire voir. Ce n’est pas une question de quantité… C’est juste le moment.
Pour moi, c’est un trip qui a confirmé tout ce que j’avais pressenti auparavant.
J’avais déjà pris pas mal de LSD dans les soirées, mais jamais en grosses quantités. Parfois je me sentais bien, parfois moins bien. Et puis, il arrive qu’on ait des trips de paranoïa.
Enfin, on croit que c’est de la paranoïa, alors qu’en réalité c’est ton âme qui te met en garde du danger. Mais toi, comme tu vis dans un monde matérialiste et que tu penses que les gens sont naturellement bons, tu prends sur ton dos tous tes sentiments de peur et tu refoules certaines choses que tu vois pendant ces instants.
Il y a aussi des trips merveilleux, où tout est tellement beau… C’est comme la carotte qu’il faut attraper. C’est elle qui nous fait courir, c’est elle qui nous fait retourner à la prochaine party. C’est ce sentiment de communion avec le tout, où l’on sent chaque vibration, chaque note traverser notre corps entier. C’est super alléchant.
C’est cet état qu’on cherche continuellement… parce qu’on l’a déjà atteint une fois. Et si ça ne marche pas cette fois-ci, c’est que quelque part, nous ne sommes pas «prêts». On se dit qu’on est encore trop «parano», on n’est pas encore assez sûr de nous-même, et il faut qu’on «nettoie nos peurs». C’est ce qu’on se dit…
Il faut savoir qu’une Trance party peut durer 2 à 3 jours. Non-stop. L’élite viendra vers les 5 h du matin pour le lever du soleil. Car c’est là où c’est le plus fort. Après, ça dure toute la journée, on se repose un peu, puis on y retourne la nuit… Il y a toujours cette quête du «bon moment».
Jean-Yves Scum: L’élite, comme tu dis, est-ce elle qui décide à quelle party il faut aller?
Orfée: Oui, et si tu les suis en tournée, tu es super fatigué. Cela demande énormément d’énergie d’aller d’une party à l’autre. Pour compenser, les gens font du yoga, de la méditation; ils utilisent des produits Nikken… Cela permet de contrecarrer les excès des séances de Trance sur leur organisme.
Trois jours de party intense, c’est comme la guerre : c’est faire face à d’autres personnes qui ne vous veulent pas ; lutter contre soi-même en se disant «C’est moi le problème», «Non, c’est eux!», etc. Puis se rapprocher de la musique et réussir à danser. Et finalement, être crevé et reprendre une drogue qu’on te propose. Trois jours comme ça, c’est du concentré.
ENTITES ET VAMPIRISME
Jean-Yves Scum: Il faut être masochiste! Ou plutôt possédé… On imagine qu’il doit y avoir pas mal d’entités dans ces milieux.
Orfée: Il y a beaucoup d’entités, bien sûr. D’ailleurs, elles sont représentées dans tout l’art Trance. Les extraterrestres, les lutins, les reptiliens, même les démons… Et que tu prennes des drogues ou pas, tu te mets en connexion avec ces entités.
Il faut savoir que danser, c’est ouvrir chaque point énergétique sur le corps. Tu danses, tu t’agites, mais tu es complètement ouvert, et tu t’alignes avec tout ce qui est autour. Mais pendant que tu pars en transe, tu t’alignes sur quoi et avec qui?
J’ai commencé à voir des magiciens qui traînaient au bord du dancefloor (piste de danse). On les appelle les rois, les reines, les jokers. Ce sont eux qui sont les chefs de leur tribu; ils disent «C’est ici qu’est la party». Chaque pays a son roi et sa reine. C’est localisé.
Il n’y a pas que des gens qui s’amusent – il y en a qui sont connectés à des entités très sombres.
C’est lié aux dealers également. Une grosse protection est offerte à ces dealers en échange de leur travail. Ils passent les frontières sans problème… et ils vivent bien. Ils font facilement une quinzaine de pays dans l’année, ils voyagent à droite à gauche, dans de superbes villas. Ils ont leur moto…
Jean-Yves Scum: Tu disais que les DJs peuvent produire des sortilèges à partir de la musique. As-tu des expériences par rapport à cela ?
Orfée: Ils peuvent te faire faire n’importe quoi, si tu danses sur leur musique.
Il suffit que tu t’alignes avec des fréquences que tu n’entends presque pas… Mais tu le sens, quelque part. Quand tout le monde est connecté, quand tout le monde danse, tu sens ce que te dit le DJ à travers la musique. Elle te parle. Tu peux être d’accord ou pas d’accord, mais c’est le DJ qui décide.
J’ai vu des DJ-magiciens qui, depuis leurs platines, lançaient des sortes de mini-tornades à travers la salle, des vortex qui passaient au-dessus de la foule et lui aspiraient toute son énergie. Et le DJ était clairement conscient de ce qu’il faisait.
Il y a des parties qui réunissent 8000 personnes. 8000 personnes dansant ensemble, c’est une énergie colossale, équivalent à celle d’un sacrifice humain.
Ce que j’ai compris par rapport aux parties, c’est qu’il s’agit de plateformes pour que des entités désincarnées puissent prendre possession de corps, surtout de jeunes corps.
Pendant que les consciences sont ouvertes – par la drogue, par la danse, etc… – il y a des personnes autour du dancefloor qui invitent des entités désincarnées à prendre leur place.
C’est ce qu’une amie m’a révélé. J’avais déjà compris plus ou moins, mais, une fois, j’ai eu envie de la confronter pour savoir ce qu’ils font vraiment. Elle m’a souri en disant : «Mais, il faut bien que ces entités aient quelque part où aller. Elles aussi ont le droit d’avoir des corps!» Tout était dit ! Du business, rien que du business ! Elle est dealeuse, alors elle est protégée, elle a la grande vie, la jet set, etc. Mais, en contrepartie, elle facilite ce qu’elle appelle le «passage des âmes» – en réalité l’infraction dans les corps humains (voir l’article «L’invasion des walk-ins», publié dans la brochure du Jean-Yves Scum Les fumées du Nouvel-Âge).
Si toi tu as vraiment envie d’y croire – «Trust in Trance», comme on dit dans le milieu – si tu veux savoir, alors ils vont te proposer de les rejoindre dans leur petite famille merveilleuse.
LA PORTE S’OUVRE
Jean-Yves Scum: Donc, peu à peu, tu as été initiée. Tu es devenue consciente de ce qui se passait dans ce milieu…
Orfée: Pour moi, c’était plutôt brutal. C’était en 2002. Je me suis rendue compte de pas mal de choses en un seul coup. En gros, j’ai reçu l’invitation de les rejoindre.
Je m’étais toujours plus rapprochée d’eux et, à ce moment-là, j’étais mise face à un choix. Car il n’y a pas mille options: soit tu rentres avec eux, soit tu sors. Et mon âme me disait «Non! Surtout n’y entre pas, c’est vraiment la mort à tous les niveaux. Tout ce que tu es depuis longtemps, toute ta force, tout! Tu risques de la donner à quelque chose où il n’y a pas de retour. T’es foutue!» Et eux me disaient: «Viens, regarde comme c’est bien ici, comme c’est beau, regarde. Il faut que tu viennes avec nous.»
Au début, j’ai douté. Peut-être que j’étais en train de devenir folle ? Mais au fond, une voix intérieure me disait: «Tu voulais savoir? Voilà l’opportunité. Restes et écoutes.» C’était télépathique. Quand on touche à la télépathie, attention, c’est à la vitesse de la pensée.
J’ai rencontré une amie, et je lui ai demandé télépathiquement ce qui se passait. Elle m’a répondu: «Ah, tu es en train de faire un mauvais trip! Calme-toi et tout ira mieux».
Mais je ne voulais pas me faire prendre dans l’histoire du «mauvais trip». Je voulais qu’elle me dise ce qui se passait. Alors, elle m’a dévisagée et m’a dit: «Ecoute, qu’est-ce que tu pensais que c’était ici? Soit tu restes comme tu es, soit tu viens avec nous. C’est toi qui vois.».
Et là, j’ai tout compris. J’ai compris tellement de choses.
J’ai commencé à me balader sur le dancefloor. J’ai vu des tribus, avec des chefs de tribus, avec chaque clan représentant un quartier de la Terre.
Et après, j’ai entendu une voix qui disait: «Là où tu t’arrêteras, c’est le clan avec lequel tu resteras». Mais je ne voulais travailler avec aucun clan! Et la voix me disait encore: «Si tu t’arrêtes, tu seras avec l’un de nous». Mais je ne voulais choisir personne en particulier.
Il y a eu un temps de pause, et puis j’ai entendu: «Bien, on va faire un vortex».
Et là, j’ai senti que si je restais, j’allais être absorbée par un vortex immonde. Tout est devenu comme un damier, et j’ai commencé à courir, et de nouveau j’entendais: «Si tu t’arrêtes sur du blanc, tu seras avec les blancs; si tu arrêtes sur du noir, tu seras avec les noirs!»
J’ai réussi à sortir par la porte en criant, et le vortex s’est refermé juste derrière moi. Il n’allait pas au-delà de l’espace de la party. Je l’ai évité de justesse.
J’ai commencé à marcher dehors, et j’ai entendu des voix qui disaient: «Mais où vas-tu? Tu ne connais personne. Il faut que tu reviennes vers nous. Viens !»
J’ai regardé autour de moi, et en effet je ne connaissais personne. Alors j’ai fait demi-tour ! (Rires) Et là, je les ai entendus jubiler comme des serpents. «Ah super, elle revient, on va la reprendre!».
Alors tout mon être m’a dit: «Non, maintenant retournes-toi, va-t’en et ne reviens surtout pas. Maintenant tu sais. Tu as choisi de ne pas y aller, alors tu ne peux plus y aller.»
Alors, je suis partie. A partir de ce moment, j’ai compris que tout ce après quoi j’avais couru, tout mon petit cinéma, tout mon ego trip – moi qui me la jouais bien habillée, dans le coup, etc. – tout ça n’était rien. Je m’étais fait avoir depuis le début.
Oui, il y avait bien une société secrète à l’arrière-plan, ce n’était pas une illusion. Ce n’était pas une histoire du genre: «Tu connais le DJ, alors tu peux entrer». C’était vraiment: «Tu connais le secret ou tu ne le connais pas». Si tu le connais, tu es initié et tu peux devenir un prédateur, sinon, tu restes en périphérie et tu restes une proie.
LES CONSCIENTS… ET LES AUTRES
Jean-Yves Scum: En considérant les visions que tu as eues, peux-tu affirmer que la scène Goa-Trance mène globalement vers des mondes, disons, infernaux?
Orfée: Ce milieu est dirigé par des démons, point final.
Dans la party où le vortex est apparu, au moment où ils m’incitaient à choisir un camp, je me suis dit que je voulais trouver quelqu’un de pur. Je me suis approchée de certaines personnes et je les ai regardées. Je leur ai demandé télépathiquement: «Toi, es-tu propre?» Mais elles ne pouvaient pas me regarder dans les yeux.
Après avoir interrogé une dizaine de personnes, je me suis dit qu’il n’y avait plus rien à faire. En plus, il y avait un signal d’alarme extrêmement fort dans mon corps qui me disait: «Casse-toi vite, ici c’est vraiment noir. Il n’y a rien à faire, pas de lumière. Si tu restes ici, c’est la destruction totale.»
Non, ça ne rigole pas, ce ne sont pas simplement des gens «pas cool». Avec eux, tu as tout à perdre, tout! Tout ce que tu as été, tu risques de te le faire absorber par quelque chose de tellement noir… C’est le vortex.
Il faut du courage pour choisir d’y aller! Personnellement, j’ai préféré la vie. «Non merci, un peu trop noir à mon goût!» (Rires) Mais bon, à partir de ce moment, j’ai compris que mes amis n’étaient pas des amis. Je suis allée les confronter plus tard: «Alors, tu savais ?» Ils ne me répondaient jamais directement, mais, peu à peu, je me suis rendue compte que tous savaient. Bien sûr qu’ils savaient! Cela faisait 10 ans qu’ils faisaient partie de cette scène. Ils étaient dans l’élite de la Trance.
Jean-Yves Scum: On imagine que cela a été un sacré choc…
Orfée: La première chose qui m’a choquée, c’était de découvrir qu’il y avait d’autres mondes. Je ne pensais vraiment pas qu’au-delà de la matière, il y avait d’autres dimensions. Je ne savais pas que la télépathie était réelle. Mais, quand je l’ai vécue, je l’ai reconnue comme une évidence. C’était le premier choc.
Et le deuxième, c’était de voir qu’il y avait des gens qui en voulaient à mon âme et qu’ils étaient conscients de ce qu’ils faisaient. Ils manipulent la réalité magiquement avec cet objectif. Mais c’est normal pour eux, ils sont tellement noirs. Bien sûr qu’ils vont faire ce qu’ils ont à faire! Ce n’est pas du love and light avec eux. Ils ne vont pas te donner quelque chose de pur. Ils sont là pour te bouffer ! Parce qu’eux, ils bouffent! (Rires) C’est la guerre ! Soit tu es de leur côté, soit tu dégages !
Cela peut sembler dingue mais, après cette expérience, je suis tout de même retournée à quelques parties. Parce que j’ai douté après coup. On sort de tout ça et on se dit: «Bon, ça a été très, très loin. Est-ce que je suis folle?» (Rires) On n’est pas sûre à 100%.
Mais à chaque fois que j’y suis retournée, je n’ai plus entendu la musique de la même manière, je l’ai sentie très différente, très sombre. Les gens, les décors, tout. Il est devenu évident à qui j’avais affaire, et les raisons pour lesquelles ils se réunissaient.
Cette expérience peut sembler invraisemblable, un délire, mais je connais plusieurs autres personnes à qui cela est arrivé. Des personnes qui ne sont pas sorties du vortex, qui sont restées coincées entre des dimensions invisibles. J’en connais même quelques-unes qui n’ont pas voulu entrer dans le jeu, comme moi.
Cela peut arriver à tous ceux qui se frottent un peu trop près à ce centre de Trance, qui le trouvent si séduisant qu’ils veulent en faire partie. Et là, inévitablement, les portes s’ouvrent… Tu émets l’intention de savoir? Tu vas savoir.
Jean-Yves Scum: Donc, au fond, il n’y a pas vraiment de victimes innocentes ?
Orfée: Non, mais ce qui est fou, c’est qu’on est tellement endormi, tellement déconnecté de nous-même, qu’on ne sait pas ce que notre âme essaie de nous dire. Elle a beau crier «Au secours!», on ne l’entend pas, trop occupé à nourrir notre ego. C’est super dangereux. La Trance, ça ne rigole pas.
Des parties Trance, il y en a un peu partout dans le monde, chaque week-end. Des centaines de milliers de personnes sont plus ou moins proches de cette scène… C’est sympa en apparence, mais hyper satanique en réalité! D’ailleurs, quand on voit le décor, quand on écoute la musique, on réalise que tout est exactement tel qu’on nous le représente. Tout est dit! Les aliens, les démons, l’obscurité, on ne te cache rien. Seulement, ils te présentent tout cela d’une telle manière que cela devient attirant. Cela rend «acceptables» les séances de vampirisme. Mais rien n’est caché…

Suis-je un esclave ?

Je ne me serais pas posé la question sans tout le tintouin actuel autour de l’esclavage. J’avais l’impression diffuse que cette période révolue faisait partie de ces espaces de société dont on a entendu parler mais dont les émotions ne nous sont plus accessibles.
Puis les commentateurs, toujours prolixes, m’ont fait comprendre que l’esclavage existerait encore, mais sous des formes plus « civilisées ». Comme le reste en quelque sorte. Comme toute notre civilisation qui ne paraît être capable que d’atténuer physiquement les souffrances, sans en changer l’intensité perçue émotionnellement par chacun de nous.
Par exemple, le monde ouvrier ne serait pas loin d’être à considérer comme composé de modernes esclaves… surtout chez nos concurrents.
Ma curiosité aiguisée, je suis allé voir sur Wikipédia. C’est fou la culture au rabais, accessible à tous, dont moi. C’est bien pratique. Ça ne vaut sans doute pas une thèse à La Sorbonne, on court le risque d’une mauvaise interprétation, mais quand même…
Wikipédia dit ceci : « L’esclavage est l’état ou condition d’un individu sur lequel s’exercent les attributs du droit de propriété ou certains d’entre eux »
Ou encore : « Voici une définition du travail forcé que l’on peut rapprocher de celle de l’esclavage : le terme travail forcé ou obligatoire désignera tout travail ou service exigé d’un individu sous la menace d’une peine quelconque et pour lequel le dit individu ne s’est pas offert de plein gré »
Et encore : « On désigne une société dont les esclaves occupent une fonction indispensable à son fonctionnement global sous les termes de société esclavagiste »
Et enfin : « Par glissement sémantique, certaines situations sont assimilées à de l’esclavage moderne : le proxénétisme, le travail forcé. »
Alors là, les bras m’en tombent.
Il est clair que Bercy exerce sur moi des attributs du droit de propriété en s’appropriant la plus grande part de mes revenus.
Il n’est pas douteux que Bercy me menace et m’oblige à travailler pour pouvoir exercer sur mes revenus ce droit de propriété qu’il appelle l’impôt, qui permet à d’autres, qui ont pris moins de risques que moi et qui ont nettement moins travaillé, d’en profiter. Tout cela sans mon consentement.
Il est tout à fait certain que j’occupe une place indispensable au fonctionnement global de notre société, que donc celle-ci peut être qualifiée « d’esclavagiste ».
En résumé, par glissement sémantique, je crois bien que je suis un esclave.
C’est donc cela, ce malaise qui m’étreint, cette tristesse qui s’empare constamment de mon humeur, cette désespérance que j’affronte jour après jour.
C’est donc cela, ce regard des autres qui me cloue au pilori, cette justice qui m’ignore et se contente de me renvoyer à ma misère, sans un regard pour les injustices que je subis et que pourtant je lui démontre.
C’est donc cela, la crainte constante qui s’est emparée de moi, cette peur d’être espionné et calomnié par mon banquier, mon comptable, mon notaire.
C’est donc cela, mon exclusion sociale, la condescendance avec laquelle me regardent les fonctionnaires que je suis obligé de solliciter pour un oui ou pour un non.
C’est donc cela, le sourire narquois avec lequel me considèrent les politiques ou autres tenants du pouvoir.
C’est donc cela, l’attitude des agents des impôts qui me prennent pour une merde, rien de plus.
Tous en réalité me voient comme je suis : un esclave.
La journée de commémoration de l’esclavage ne sera pas perdue pour tout le monde, elle m’aura permis de me situer.
Le fait que je ne sois pas le seul dans mon cas ne me console en aucune manière. D’une part parce que je ne suis pas certain que les autres aient conscience de leur condition, d’autre part parce qu’aucune révolte d’esclaves n’a jamais abouti.
Ainsi je ne peux même pas rêver à un grand mouvement des « Esclaves », semblable à celui des « Pigeons », qui regrouperait tous ceux qui sont des esclaves au service de Bercy, que je rêve, tous les 14 Juillet, de raser jusqu’à la dernière pierre.
Bien cordialement. H. Dumas

tarteflure.com